Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Visites & Activités>Pistes de visite>Orphée : figure de l’artiste

Pistes de visite Orphée : figure de l’artiste

Durée : 1h30 - Niveau : cycle 4, lycée - Disciplines : Pluridisciplinarité
Jours de faisabilité : Lundi, Mercredi, Vendredi, Samedi, Dimanche

Orphée descendu aux Enfers pour demander Eurydice ou La musique
Orphée descendu aux Enfers pour demander Eurydice ou La musique

© Musée du Louvre

Objectifs

Cette piste de visite s’adresse à des élèves de fin de collège et de lycée, ayant une connaissance émergente ou confirmée des mythes grecs  (élèves éventuellement  latinistes, hellénistes ou philosophes).
Le professeur guide les élèves dans le musée, face aux œuvres. Les consignes et questions proposées dans la piste de visite sont soumises au préalable aux élèves ou énoncées à l’oral par le professeur au moment de la visite.
Son objectif est de :
- Faire prendre conscience de la diversité des représentations du mythe d’Orphée et de la richesse de sa postérité.
- Envisager l’originalité du prisme par lequel chaque artiste éclaire le mythe, l’introduisant dans sa propre époque et/ou choisissant un aspect bien particulier de la personnalité d’Orphée.

Pour en savoir plus sur Orphée et son mythe, voir l'onglet "Ressources".

Parti pris

La présentation du mythe se déroule comme une pièce de théâtre : présentation des personnages, narration de l’intrigue dans une ligne chronologique (Orphée musicien solitaire, la tragédie d’Eurydice, la descente aux Enfers, enfin la mort d’Orphée)

La fin de la visite ramène l’élève aux origines grecques du mythe et se fondant avec les textes, notamment dramatiques, de la mort d’Orphée. Cet éclairage antique permet de mettre en valeur l’intérêt de l’Antiquité pour cette mort à vertu cathartique et, en creux, sollicite l’attention de l’élève sur l’absence de ce meurtre dans les versions modernes.

On s’intéresse donc à la postérité du mythe, au traitement que chaque courant, chaque époque en propose, à ce que chaque artiste choisit de retenir de la vie d’Orphée, et, de ce fait, donne à voir de lui-même.

La visite exclut une partie de la vie d’Orphée : son aventure avec les Argonautes. Un dossier complémentaire à l’attention du professeur permettra de compléter, en classe, le portrait du personnage, mentionnant les extensions artistiques du mythe, littéraires et musicales.

Matériel

- Un petit carnet de croquis pour dessiner et écrire
- Un crayon de mine, une gomme

Orphée charmant les animaux
Orphée charmant les animaux

© Musée du Louvre

1Orphée charmant les animaux

Pierre FRANCQUEVILLE

Richelieu RDC, direction Place Marly - salle 216

Marbre provenant du parc de Versailles, 1851.
H. : 2,50 m. ; L. : 1,02 m. ; Pr. : 0,64 m.

 

Exécuté en 1598 à Florence et posé dans le jardin parisien de Jérôme de Gondi, accompagné de figures d'animaux en bronze, ce marbre figura par la suite au parc de Versailles.
Orphée charme les animaux aux sons d'une lyre à bras, avec le chien à trois têtes, Cerbère, gardien des Enfers, à ses côtés.

On attend des élèves la perception du mouvement imprimé par le sculpteur au corps d’Orphée, la sensualité qui se dégage du contrapposto et l’air inspiré rendu par l’inclinaison de la tête.

Les élèves remarqueront l’utilisation de la lyre à bras (qu’il nommeront « violon »), instrument de la Renaissance. Il s’agit d’une réinterprétation d’un thème antique inséré dans l’époque contemporaine de l’auteur. Il faudra leur faire noter cet anachronisme et insister sur la réactualisation du mythe par Franqueville.

Cette œuvre est un paradigme de la figure d’Orphée. Elle le fige dans l’attitude du musicien inspiré, le regard perdu vers un ailleurs qui exclut même Cerbère, le féroce gardien des Enfers, devenu, dans l’interprétation de Franqueville, un compagnon tendrement blotti entre les jambes du musicien. On est face, ici, à la quintessence de l’artiste, absorbé par la pratique de son art.

Consigne :

De quel instrument Orphée joue-t-il ?
Quel animal se glisse entre ses jambes ? Quelle est la raison de sa présence et quel passage précis de l’histoire d’Orphée cette statue raconte-t-elle ?
Cette sculpture était destinée à être exposée dans un jardin. Ce choix vous paraît-il judicieux au regard de la personnalité d’Orphée ? Vous argumenterez en vous appuyant sur des éléments du mythe.

Orphée jouant du violon à l'entrée des Enfers
Orphée jouant du violon à l'entrée des Enfers

© Musée du Louvre

2Orphée jouant du violon à l'entrée des Enfers

Jan LINSEN

Richelieu 2ème étage - salle 805

Tableau dans le goût de Poelenburgh et remarquable par ses rochers fantastiques
Confié au Louvre par l'Office des Biens privés, 1950.
H. : 0,39 m. ; L. : 0,48 m.

 

Pour les deux œuvres suivantes, on propose que les élèves se divisent en deux groupes. Chacun d’eux désignera un rapporteur qui présentera à l’autre groupe le tableau étudié.

Orphée est représenté seul, dans un coin discret du tableau, comme englouti par le paysage. Les monts éclairés au loin sont une allusion aux montagnes du Rhodope dont Orphée est originaire. On attend des élèves qu’ils saisissent l’isolement du personnage, son rapport très étroit à la nature (Orphée charme les hommes mais également les animaux et les arbres). L’entrée des Enfers est subtilement évoquée, masse sombre sur le côté droit du tableau. L’essentiel ici repose sur la solitude de l’artiste, pratiquant son art au milieu d’une nature dont il est partie intégrante.

Consigne :

Observez cette toile et décrivez-la.
Au regard de cette composition, quel est le sujet principal du tableau ?
De quel instrument Orphée joue-t-il ? Cela correspond-t-il au mythe antique ?
Quel aspect de la personnalité d’Orphée est mis en valeur ici et quel moment du mythe le peintre raconte-t-il ?
Comment l’entrée des Enfers est-elle suggérée ? L’imaginiez-vous ainsi (vous pourrez proposer votre propre image de l’entrée des Enfers dans un petit paragraphe descriptif) ?

Orphée charmant les animaux par Roelant SAVERY
Orphée charmant les animaux par Roelant SAVERY

© Musée du Louvre

3Orphée charmant les animaux

Roelant SAVERY

Richelieu 2ème étage - salle 807

1626
Confié aux Musées nationaux par l'Office des biens privés, 1953.
H. : 0,32 m. ; L. : 0,42 m.

 

Un des sujets marquants du répertoire de Savery, où la fascination de l'exotique, du pittoresque et du paysage à la Brueghel de Velours (Jan I) joue à merveille.

Sur ce tableau, Savery présente le pouvoir de la musique d’Orphée sur son entourage. L’univers entier semble charmé par  ses notes : faune, flore, éléments climatiques, tout converge vers la discrète représentation de l’artiste, à peine visible, grâce au rayonnement surgissant des nuées. Les élèves seront sensibles à la représentation paradisiaque de la terre, l’artiste attirant à lui tout l’univers. C’est un résumé du pouvoir de l’artiste que brosse Savery, regroupant autour de lui toute la Création.

Consigne :

Observez cette toile et décrivez-la.
Au regard de cette composition, quel est le sujet principal de cette toile ?
Quel aspect de la personnalité d’Orphée est ici mis en valeur ? Et quel moment du mythe cette toile raconte-t-elle ?
Quelle vision de la nature est ici donnée ? Pourriez-vous faire un lien entre la vision de la nature proposée par le peintre Roelant Savery et d’autres illustrations que vous connaissez pour expliquer à quel épisode célèbre cette toile fait référence (textes, notamment «  textes fondateurs », peintures) ?

Orphée et Eurydice par Nicolas Poussin
Orphée et Eurydice par Nicolas Poussin

© 2010 Musée du Louvre / Angèle Dequier

4Orphée et Eurydice

Nicolas POUSSIN

Richelieu 2ème étage - salle 825

Vers 1650 – 1653
Collection de Louis XIV (acquis en 1665).
H. : 1,24 m. ; L. : 2 m.

 

Le sujet est tiré des Métamorphoses d'Ovide : Eurydice vient d'être mordue par un serpent, le jour même de ses noces avec Orphée. Celui-ci joue de la lyre sans s'apercevoir de cet accident qui provoquera la mort d'Eurydice.

Ce tableau de Poussin frappe par son dynamisme. Il présente le drame d’Eurydice à la manière d’une bande dessinée. Une fois remarquée l’omniprésence de la nature, les élèves porteront leur attention sur le désengagement d’Orphée. Au moment où Eurydice est piquée, Orphée est pénétré par son inspiration et néglige sa jeune épouse. Elle meurt, symboliquement du désintérêt d’Orphée pour les réalités humaines.  On attend des élèves qu’ils appréhendent la symbolique du tableau comme du mythe : Orphée est l’amant de la musique avant d’être celui d’Eurydice.

Consigne :

Repérez  cinq différents éléments du drame, éléments annonciateurs ou menaçants.
Notez le rôle de la lumière dans ce tableau. Qu’éclaire-t-elle ?
Comparez les deux postures d’Eurydice, celle de la sculpture de Nanteuil et celle de la peinture de Poussin. Quelle émotion apparaissait sur les traits de la sculpture de Nanteuil ? Quelle émotion  Poussin fait-il apparaître sur le visage d’Eurydice?
Comment le peintre suggère-t-il le drame ? Quels éléments du paysage y concourent ?
Quel événement se déroule sous nos yeux ? Quelles sont les attitudes des différents personnages ?
A quoi Orphée s’intéresse-t-il exclusivement et quelle faute Poussin suggère-t-il qu’il commet, précipitant ainsi le drame ?

Orphée descendu aux Enfers pour demander Eurydice ou La musique
Orphée descendu aux Enfers pour demander Eurydice ou La musique

© Musée du Louvre

5Orphée descendu aux Enfers pour demander Eurydice ou La musique

Jean RESTOUT

Sully 2ème étage - salle 924

1763
Collection de Louis XV
H. : 3,55 m. ; L. : 5,75 m.

 

L'artiste reçut du Roi en 1737 la commande de quatre cartons pour une tenture des Arts. Les allégories de la Peinture, de la Sculpture et de l'Architecture qui complètent cette série sont déposées au Mobilier National et à la Préfecture de Lyon.

Ce tableau, très riche d’interprétations, met en lumière le parallélisme entre le mythe de Perséphone et celui d’Orphée. Hadès, comme Orphée organise pour son aimée le passage du monde d’En bas au monde des Mortels. Les élèves seront sensibles à la construction pyramidale de l’œuvre, plaçant la puissance en haut de la toile, Hadès et Perséphone, la justice au centre avec les trois juges des Enfers Eaque, Minos et Rhadamanthe, la vie et son corollaire la mort en bas, les trois Parques à gauche et Orphée et Eurydice à droite. On insistera sur la puissance de la musique, ce tableau en constituant une allégorie, permettant de vaincre la mort.
Ici, composition et narration vont de pair. On attire alors l’attention des élèves sur les liens entre les deux, le parallélisme entre la construction du tableau et les positions hiérarchiques des personnages ;

Consigne :

Croquez rapidement la composition géométrique de ce tableau en esquissant les positions des personnages et en indiquant les zones d’ombre et de lumière. Précisez bien les lignes directrices.
Nommez les personnages de ce tableau en indiquant leur fonction.
Quels sont les trois personnages éclairés et quelle circulation du regard induit cet éclairage ?
En quoi la présence de Perséphone est-elle significative ? Que peut-elle  dire à Hadès? Pour les deux œuvres suivantes situées dans la galerie Campana, on divise les élèves en deux groupes et un rapporteur est chargé de présenter à tous, lors d’une restitution, le travail de son équipe.
 

Amphore à col à figures rouges (détail)
Amphore à col à figures rouges (détail)

© Musée du Louvre

6Amphore à col à figures rouges

Peintre de la Phiale

Sully 1er étagee - salle 652, vitrine 13

Vers 445 - 440 avant J.-C.
Athènes. Provenance : Nola.
H. : 32,90 cm. ; D. : 17,40 cm.
Face A : Mort d'Orphée. Face B : Jeune homme.
Collection Paravey, 1879.

 

Les vases à figures rouges et noires s’attardent sur la fin tragique d’Orphée. Vaincu par les femmes qu’il a négligées (Eurydice comme les Ménades), cette vengeance s’exerce de manière violente et sanguinaire. Les élèves s’attarderont sur la brutalité des scènes, les armes utilisées contre Orphée qui n’a à leur opposer que sa lyre. On pourra aussi suggérer aux élèves d’associer à ces vases un texte antique, Les Bacchantes  d’Euripide, par exemple dont on pourra mentionner la sauvagerie, Orphée étant démembré. Les élèves seront amenés à réfléchir sur les relations entre l’art et la brutalité.

La catharsis aristotélicienne est ici convoquée. Elle doit susciter l’effroi et la pitié pour corriger les mœurs ; on sensibilisera les élèves à la portée morale des peintures représentant la mort d’Orphée. En refusant les joies terrestres, l’amour comme l’ivresse, Orphée s’est condamné.
L’art ne l’a pas protégé de la violence des hommes. L’artiste parait comme inadapté au monde tel qu’il est. Orphée, après avoir par deux fois franchi les limites du monde des vivants (l’épisode de la Toison d’or, personnification de l’âme du défunt Phrixos et la quête d’Eurydice) sombre définitivement dans l’Hadès.

Consigne :

Promenez-vous dans la galerie Campana. Repérez les différentes formes de vases et la variété des sujets traités.
Croquez la forme du vase que vous étudiez  et indiquez à quoi il servait. Les scènes peintes sur les vases font-elle écho à l’usage prévu ?
Grâce à quel élément pouvez-vous identifier Orphée ?
Qui sont les personnages qui s’acharnent sur Orphée et avec  quelles armes ?
Imaginez  quelle impression ces illustrations pouvaient faire sur leurs utilisateurs.