Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Restauration du Tombeau de Philippe Pot

Restauration du Tombeau de Philippe Pot

Restaurations - Archives - 21 Novembre 2018

Un quart de siècle après sa dernière restauration, le tombeau de Philippe Pot, point d’orgue des salles de sculptures françaises du XVème siècle avec ses 8 imposants pleurants voilés de noir, s’offre de nouveau à la vue des visiteurs du musée. L'oeuvre a été restaurée a été restaurée grâce au mécénat du fonds de dotation Terre de Cultures.

Le tombeau de Philippe Pot est l’un des plus spectaculaires et célèbres de la fin du Moyen Âge. Huit pleurants presque grandeur nature, drapés de noir et porteurs d’écus armoriés semblent marcher, portant la dalle où repose le corps du chevalier en prière, en armure et tunique héraldique. La restauration, qui vient de s’achever grâce au mécénat du fonds de dotation Terre de Cultures, a permis de mieux comprendre l’histoire de l’œuvre. Le tombeau s’offre de nouveau à la vue des visiteurs, splendide point d’orgue des salles de sculptures françaises du XVe siècle.

Un monument funéraire unique

Le monument est une forme d’aboutissement du tombeau à pleurants – ces figures qui évoquent la cérémonie des funérailles, où les participants laïcs étaient effectivement dotés de grands manteaux noirs –, combiné au type de sépulture formée par une dalle sur des supports, mais il est sans équivalent par la magistrale originalité de sa composition et sa puissance d’évocation. Il est d’autant plus fascinant qu’il a été commandé – et peut-être imaginé – par Philippe Pot de son vivant, en 1480, pour prendre place dans une chapelle de la prestigieuse abbaye de Cîteaux près de Dijon. Philippe Pot (1428-1493), filleul du duc Philippe le Bon, joua un rôle éminent à la cour de Bourgogne avant de se rallier au roi de France Louis XI, qui le nomma grand sénéchal de Bourgogne. 

Une histoire mouvementée

Après la suppression de l’abbaye de Cîteaux, le tombeau a été transféré à Dijon puis est passé à des collectionneurs privé. Il appartiendra de 1808 à 1889 à la famille de Vesvrotte qui le présentera successivement dans le jardin de son hôtel dijonnais, puis dans le parc de son château de Vesvrotte, puis dans une salle voutée conçue pour lui dans son nouvel hôtel à Dijon à partir de 1855. C’est à Dijon que Louis Courajod, conservateur du département des Sculptures du musée du Louvre, le voit en 1885, alors qu’il travaille à faire reconnaître l’importance de la sculpture bourguignonne du XVe siècle. Le tombeau est acheté en 1889 et installé dans les salles de sculpture médiévale après une nouvelle restauration. 

Le projet de restauration

Un quart de siècle après sa dernière restauration au moment des travaux du Grand Louvre la nécessité d’intervenir à nouveau sur le tombeau de Philippe Pot s’est imposée. Son état de conservation gardait en effet les traces de son histoire mouvementée et des nombreuses interventions qu’il avait subies. La décision d’engager une restauration a été prise en 2015. Après une étude par un groupe de restaurateurs et des analyses approfondies par le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF) en 2016-2017, une nouvelle intervention a été menée en 2018 en deux temps pour améliorer sa présentation, sous la surveillance d’un comité scientifique.
L’étude de polychromie par le C2RMF a permis de reconstituer la polychromie originale et de constater que les restaurations du XIXe siècle, malgré leur importance, étaient restées généralement conformes à la disposition d’origine.

Cette restauration est permise grâce au mécénat du fonds de dotation Terre de cultures.

Créé en 2012 par le chef d’entreprise Olivier Chalier, le Fonds soutient en particulier les grands projets de sauvegarde du patrimoine national. Terre de Cultures a permis notamment la restauration de deux statues monumentales de Nicolas Coustou et du tableau de la Bethsabée de Rembrandt au musée du Louvre. Il a également contribué au financement de la campagne d’appel aux dons en faveur de la restauration de la Victoire de Samothrace.
 

Tombeau de Philippe Pot restauré

Tombeau de Philippe Pot restauré

© Musée du Louvre / Hervé Lewandowski

Informations pratiques

Le musée du Louvre est ouvert tous les jours sauf le mardi. Le port du masque est obligatoire. Retrouvez sur cette page toutes les informations liées à la situation sanitaire.

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre 2020

Réservation en ligne fortement conseillée :

Achetez votre billet