Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Films>Sculpture, Danse, Hommage à Luciano Emmer

à 14 h 30
Anthony Caro, la sculpture comme religion
Fr., 2008, 90 min, coul., réal. : Alain Fleischer.
Fifa 2009 - Prix du meilleur film pour la télévision
En suivant la réalisation, par le célèbre sculpteur britannique Anthony Caro (né en 1924), d’une œuvre monumentale, le « chœur de Lumière », pour l'église Saint-Jean-Baptiste de Bourbourg dans le Nord-Pas-de-Calais, Alain Fleischer interroge la relation de la sculpture à l’architecture, de l’artiste au commanditaire.

à 16 h
Table ronde
« Filmer la sculpture » animée par Christophe Viart (Rennes-II).
Avec Béatrice de Pastre, directrice des collections des Archives du film du CNC, Martin Fraudreau, réalisateur et Suzanne Liandrat-Guigues, professeur d’études cinématographiques à l’université Paris VIII.
En lien avec le programme de recherche « Filmer la création » (Rennes-II).

Projections :
Le Faune, réal. Adrien Bruneau (film restauré par les Archives du film du CNC)
Césarée, réal. Marguerite Duras, 1975, 11 min

Extraits de la série Sculptures, de Martin Fraudreau, 1993-1996, musée du Louvre/Gédéon

Danse
17 h 30
Light, no light
Belg., 2008, 45 min, coul. n.b., réal. : Ludovica Riccardi.
Fifa 2009 - Prix du meilleur essai
La réalisatrice a suivi durant plusieurs mois le développement de la pièce chorégraphique Inouï, du danseur et chorégraphe franco-belge Pierre Droulers, codirecteur artistique de Charleroi/Danses. Construit comme une superposition de strates, insérant entre les images des œuvres plastiques de Michel François et Ann Veronica Janssens, jouant de cadrages qui soulignent la « plasticité » du travail de Pierre Droulers, Light, No Light s'affirme comme un objet poétique.

Nora
É.-U., G.-B., Moz., 2008, 35 min, coul., réal. : David Hinton et Alla Kovgan.
Fifa 2009 - Prix de la création
Dans cette chorégraphie autobiographique, tournée en extérieurs en Afrique du Sud, la chorégraphe et danseuse Nora Chipaumire, née au Zimbabwe en 1965 et établie à Brooklyn depuis 1989, lauréate d'un prix Bessie à New York en 2007, met en scène des interprètes et danseurs locaux et reconstitue drames familiaux et sentimentaux, qui forment la trame de ce récit, au sein d’un contexte politique violent. La musique est composée par Thomas Mapfumo, figure légendaire de la musique du Zimbabwe.

à 19 h
Isadora Duncan, je n’ai fait que danser ma vie
Fr., 2008, 57 min, coul., réal. : Élisabeth Kapnist, sc. Christian Dumais-Lvowski.
Fifa 2009
La chorégraphe et danseuse Isadora Duncan (1877-1927) fut l'une des grandes pionnières de la danse moderne. Elle fut la première à libérer le corps des danseuses, à improviser et à danser jambes nues, imposant ainsi une nouvelle perception du corps et inventant un langage chorégraphique. Ses choix de vie audacieux, son destin romanesque et tragique, et son expression artistique révolutionnaire ont nourri le mythe d'Isadora. Extraits d'archives, chorégraphies reconstituées, témoignages de Bill T. Jones, Carolyn Carlson et Boris Charmatz, attestent de l’influence qu’exerce encore Isadora Duncan, 80 ans après sa mort, sur la danse contemporaine.
Film présenté par Christian Dumais-Lvowski et Élisabeth Kapnist (sous réserve).

à 20h30
Hommage à Luciano Emmer (1918-2009)
En présence de Marina Vlady, Otar Iossliani et Michele Emmer
Soirée organisée avec Enrico Ghezzi et le concours de l’Institut culturel italien
Luciano Emmer fut un pionnier du film sur l'art dès la fin des années 30 avec de remarquables essais consacrés à Giotto, Jérôme Bosch ou Piero della Francesca qui, repérés par Henri Langlois, inspirèrent toute une génération de cinéastes, à commencer par Alain Resnais. Ses documentaires sur l’art, ses films néo-réalistes, ses comédies « à l’italienne » témoignent d’une grande attention portée aux gens et aux faits simples, à la vie quotidienne. Après la censure de son film La Fille dans la vitrine (1960), peinture sociale sans concessions des mineurs émigrés, il réalisa de nombreux « Caroselli » (films publicitaires) sans cesser de tourner documentaires et fictions, jusqu’à sa disparition brutale en septembre 2009.

Histoire d’une fresque (It., 1938, 9 min, n. b.) ; Caroselli ; Belle de Nuit (It., 1997, 28 min, coul., vf avec la voix de Luciano Emmer) ; Le Pecore di Cheyenne (It., 2007, 63 min, coul., inédit en France).

Cycle(s) : Journées internationales du film sur l'art (JIFA)

Informations pratiques

Lieu

Auditorium du Louvre

Tarifs

Place à l’unité valable pour la journée : 5 euros, 4 euros (réduit), 3 euros (solidarité), 2 euros (jeunes).
Abonnement fixe (pass valable pour l’ensemble des séances) : 20 euros, 15 euros (réduit).

Pour acheter vos places
– Par correspondance
À l’aide du bulletin de réservation, accompagné du règlement par chèque ou carte bancaire.
– Par téléphone au 01 40 20 55 00.
Du lundi au vendredi (sauf mardi), de 11 h à 17 h.

Les places non retirées ne sont pas remboursées. Les billets sont expédiés à domicile (jusqu’à 10 jours avant la première manifestation choisie).
– À la caisse de l’auditorium
Du lundi au samedi de 9 h à 17 h (sauf le mardi).
Les places nécessitant la présentation d’un justificatif peuvent être achetées à l’avance mais sont à retirer à la caisse le jour même sur présentation de ce justificatif.

Réductions
« Tarif Réduit »
– Adhérents du musée.
– Étudiants de plus de 26 ans.
– Personnel du ministère de la Culture et de la Communication.
– Guides et conférenciers.
– Adhérents Fnac.

« Tarif Solidarité »
– Demandeurs d’emploi, bénéficiaires
des minima sociaux.
– Handicapés, titulaires d’une carte
d’invalidité ou d’un justificatif
AAH.

« Tarif Jeunes »
Jeunes de moins de 26 ans.
« Tarif Groupes adultes et collectivités »
Des tarifs avantageux vous sont proposés.
Nous contacter au 01 40 20 54 55.

« Tarif Groupes scolaires »
Achats groupés émanant de classes, centres de loisirs, associations culturelles… : 01 40 20 55 01.

« Tarif Carte Louvre jeunes et étudiants en art »
Entrée libre sur présentation d’un justificatif à l’entrée.