Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Cratère en cloche apulien à figures rouges

Œuvre Cratère en cloche apulien à figures rouges

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Cratère en cloche à figures rouges

© 1993 RMN / Hervé Lewandowski

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Sophie Padel-Imbaud

Ce cratère est un très beau témoignage de l'importance de la tragédie attique du Ve siècle av. J.-C. dans le répertoire figuré de la céramique grecque produite en Italie du sud et dite "italiote". Le Peintre des Euménides doit son nom à son goût pour la scène d'ouverture des Euménides d'Eschyle, troisième volet de l'Orestie. Sur la scène principale, on voit la purification d'Oreste par Apollon à Delphes ainsi que l'ombre de Clytemnestre tentant de réveiller les Érinyes.

La purification d'Oreste à Delphes

Ce grand cratère en cloche, aux dimensions exceptionnelles, représente très précisément le début de la tragédie d'Eschyle, Les Euménides. La scène s'ouvre sur le sanctuaire d'Apollon à Delphes, symbolisé par un autel surmonté de l'Omphalos, le nombril du monde. Là s'est réfugié Oreste, fuyant les Érinyes, terribles déesses de la vengeance. Il tient encore le poignard avec lequel il a tué sa mère, Clytemnestre, vengeant ainsi son père. Derrière lui se tient Apollon qui d'une main tient une branche de laurier et de l'autre agite un porcelet au-dessus de la tête du jeune homme en un geste de purification. Artémis, sœur du dieu, se tient à ses côtés. À gauche se déroule une autre scène, l'ombre de Clytemnestre essaie en vain de réveiller trois Érinyes dont deux endormies.

Les Euménides d'Eschyle

La seule trilogie antique conservée dans son intégralité est l'Orestie d'Eschyle (458 av. J.-C.). Elle se compose d'Agamemnon, le retour et le meurtre du roi dans sa patrie après la guerre de Troie. Le deuxième volet est représenté par Les Choéphores, la vengeance d'Oreste après le meurtre de son père et enfin, Les Euménides, point final à la légende des Atrides et à la malédiction qui les poursuivait. Cette dernière pièce, brillamment illustrée ici, raconte plus précisément comment Oreste, poursuivi par les Érinyes, s'est réfugié à Delphes. Là, Apollon plonge les déesses dans le sommeil alors que l'ombre de Clytemnestre, insatisfaite, tente de les réveiller. Pendant ce temps, le dieu purifie le jeune homme à l'aide du sang d'un porcelet. Ensuite, le fils d'Agamemnon se rend à Athènes où il sera jugé et acquitté grâce à Athéna et Apollon. La pièce se termine par la transformation des Érinyes en Euménides (les Bienveillantes).
Les images d'Oreste à Delphes apparaissent en Attique au Ve siècle av. J.-C. mais c'est véritablement au IVe siècle av. J.-C. et dans la céramique italiote qu'elles se développent et connaissent une grande faveur.

La céramique apulienne et le Peintre des Euménides

L'école tarentine, en Apulie, naît dans le dernier tiers du Ve siècle av. J.-C.. Dès le début du IVe siècle av. J.-C. apparaît une division fondamentale de la production en deux styles : le style simple et le style orné. Notre vase fait le pont entre les deux. En effet, il possède les caractéristiques du style simple, cratère en cloche, peu de rehauts, tradition iconographique, mais le tout traité d'une manière très ambitieuse qui le rapproche du style orné, dimensions très importantes, nombreux personnages, complexité dans le décor.
L'inventeur du style simple est le Peintre de Tarporley qui aura de nombreux successeurs dont le Peintre des Euménides (380-370 av. J.-C.) qui doit son nom à son goût pour la scène d'ouverture des Euménides d'Eschyle qu'il a représentée au moins deux fois. C'est un artiste mystérieux et talentueux (fluidité et précision du dessin, grande fidélité au texte d'Eschyle) dont on ne connaît que quelques vases.

Bibliographie

- DENOYELLE Martine, Chefs-d'oeuvre de la céramique grecque dans les collections du Louvre, 1994, p. 168, n 79.

- DENOYELLE Martine, Corpus Vasorum Antiquorum, Louvre 25, 1998, pp. 61-63, pl. 50 à 52.

- KNOEPFLER D., Les imagiers de l'Orestie. Mille ans d'art antique autour d'un mythe grec, 1993, p. 72, p. 73, pl. 18.

Cartel

  • Peintre des Euménides

    Cratère en cloche à figures rouges

    Vers 380 - 370 avant J.-C.

    Provenance : Armento ?

    Apulie (Tarente ?)

  • H. : 48,70 cm. ; D. : 52 cm.

  • Collection Campana, 1861

    Cp 710

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

    Aile Sully
    1er étage
    Vitrine 23

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet