Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Le Cercueil de la dame Madja

Œuvre Le Cercueil de la dame Madja

Département des Antiquités égyptiennes : Nouvel Empire (vers 1550 - vers 1069 av. J.-C.)

Le cercueil de la dame Madja

© 1979 Musée du Louvre / Pierre et Maurice Chuzeville

Antiquités égyptiennes
Nouvel Empire (vers 1550 - vers 1069 av. J.-C.)

Auteur(s) :
Geneviève Pierrat Bonnefois

Le cercueil de Madja pourrait passer pour l’exemple type du sarcophage égyptien. Son décor peint avec simplicité sur un fond blanc, aux couleurs encore fraîches, est facile à lire. Il a été découvert dans un cimetière de Thèbes-ouest qui surplombait le vallon de Deir el-Médineh, au revers de la colline de Gournet Mourraï. Dans ce tombeau, le cercueil constituait en fait le seul support des textes et des scènes d’offrandes nécessaires au mort selon les croyances égyptiennes.

Un cercueil très décoré

Le cercueil est creusé dans un tronc d’arbre badigeonné de blanc. Il reproduit la forme d’une momie, enveloppée d’un linceul maintenu par des bandelettes jaunes inscrites. Seul le visage émerge, impersonnel et impassible, peint en jaune, les yeux fardés, encadré par la grosse perruque bleu et jaune, souligné par un large collier. La polychromie restitue l’or, le lapis-lazuli et la cornaline des plus beaux sarcophages de l’époque et des bijoux de luxe. Grâce à la peinture, la défunte est parée comme une reine.
Le décor figuré à l’intérieur des cadres reproduit les scènes funéraires essentielles : offrande de boisson et d’aliments sur une face, à un couple assis ; enterrement de l’autre côté, avec halage du cercueil sur un traîneau, en présence de deux pleureuses qui portent la main à la tête, un geste traduisant l’affliction. Au-delà, une chapelle surmontée d’un énorme œil oudjat, représente le tombeau et sa porte selon la convention de la porte magique ou « fausse porte » déjà présente sur les cercueils du Moyen Empire. À côté, le divin chien noir Anubis en gardien du cimetière, couché sur une chapelle. Une petite figure d’Osiris complète le décor. Isis protège la tête, Nephthys les pieds.

Un décor vital

Le cercueil concentrait en lui textes et décor funéraires. En effet, le tombeau où il fut découvert n’était qu’une simple caverne sommairement creusée sans chapelle en superstructure, contrairement à l’image donnée ici sur le cercueil. Aucune stèle, aucune table d’offrandes inscrite. Dans cette sépulture très simple, on déposa le jour de l’enterrement le mobilier usuel de la défunte autour du cercueil. On peut voir dans la vitrine 4 de la salle 16 une coupe en faïence bleue (E 14562) et un miroir (E 14465), trouvés auprès de la tête de la momie.

Madja et les autres occupants du cimetière

Le nom de la défunte, Madja, n’est accompagné d’aucun titre. C’est curieux : toute dame d’un certain rang social est au moins « maîtresse de maison », l’équivalent de notre formule « Madame » dans son acception la plus respectueuse. Cependant, les biens que Madja a emportés dans son tombeau, ainsi que son cercueil, sont de qualité. Comme c’est souvent le cas, un cercueil tout prêt lui a été attribué : son nom a été ajouté pour compléter les formules funéraires.
Toutes les sépultures du cimetière étaient ainsi très modestes, et les corps très mal momifiés. Cette population sans titre administratif n’est probablement pas liée à la fondation royale qui occupe le fond du vallon de Deir el-Médineh dès cette époque. En revanche, la lyre dans le cercueil du vieillard enterré dans le même caveau que Madja peut être l’indice de sa profession. Le nom de Madja n’est pas indigène, il évoque plutôt la Nubie ; d’autres noms dans les tombes de son cimetière sont d’origine syro-palestinienne. Nourrices, musiciens et danseuses d’origine étrangère étaient à cette époque au service des grandes familles de Thèbes, et Madja appartenait peut-être à ce groupe social.

Bibliographie

- Catalogue de l’exposition « Les Artistes de Pharaon, Deir el-Médineh et la Vallée des Rois », Louvre/RMN, Paris, 2002, p. 299, notice n° 247.

- Catalogue de l’exposition « Un siècle de fouilles françaises », 1880-1980, RMN, Paris, 1981, p. 190-193, notice n° 217.

- Catalogue de l’exposition « La Vie au bord du Nil », Calais, 1980, p. 80, notice n° 147.

- Catalogue de l’exposition « La Vie quotidienne chez les artisans de Pharaon », Metz, 1978, p. 10-12, notice n° 1.

- Actes du colloque « Deir el-Médineh et la Vallée des Rois », Paris, 2003, p. 49-65 (sur le cimetière).

Cartel

  • Le cercueil de la dame Madja

    vers 1450 avant J.-C. (milieu 18e dynastie)

    cimetière ouest de Gournet Mourraï

  • bois peint

    l. : 1,84 m. ; L. : 0,46 m. ; H. : 0,62 m.

  • E 14543

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    Les sarcophages
    Salle 14
    Vitrine 6

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet