Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Poignard "du Gebel el-Arak"

Œuvre Poignard "du Gebel el-Arak"

Département des Antiquités égyptiennes : De la fin de la Préhistoire à la fin du Moyen Empire (vers 3800 - 1710 av. J.-C.)

Poignard "du Gebel el-Arak"

© Musée du Louvre/C. Décamps

Antiquités égyptiennes
De la fin de la Préhistoire à la fin du Moyen Empire (vers 3800 - 1710 av. J.-C.)

Auteur(s) :
Marc Étienne

Ce poignard très précieux, datant de la fin de la préhistoire égyptienne, est composé d'une lame en silex blond d'une haute technicité et d'un manche d'ivoire, sculpté de scènes en bas-relief. Il compte parmi les plus anciennes manifestations du bas-relief. Les thèmes sont issus de la tradition nilotique ainsi que de Mésopotamie : animaux, chasse, lions dominés par un personnage, bateaux et combats humains.

Un objet de luxe

Tout dans cette arme manifeste le luxe et la prouesse technique. La lame, faite d'un silex ocre clair de très belle qualité, montre une maîtrise accomplie de la taille de la pierre. Sur une face, des enlèvements parallèles dessinent une ligne centrale au tracé régulier. L'autre face de la lame est simplement polie. De minuscules retouches constituent un tranchant dentelé. Cette technique longue et délicate ne fut mise en oeuvre par les artisans égyptiens que pendant une durée limitée, entre 3500 à 3200 avant J.-C. C'est le perfectionnement le plus abouti du travail du silex. Quant au manche, l'analyse a déterminé qu'il s'agissait d'une canine d'hippopotame. On ne connaît qu'un petit nombre d'exemplaires de ce type de manche de poignard en ivoire, décoré de relief. Il s'agissait d'oeuvres exceptionnelles réservées à une élite.

Hommes et animaux

La lame vient s'emmancher dans une canine d'hippopotame entièrement décorée, comportant un bouton central perforé pour passer un lien. Sur une face, un personnage barbu, coiffé d'un bonnet, se tient debout entre deux lions qu'il maîtrise. Au-dessous, sont figurés des chiens domestiqués et des animaux sauvages ; un chasseur semble attraper une antilope. L'autre face présente des combats en registres. En haut, des hommes quasiment nus, seulement vêtus d'un étui pénien, s'empoignent dans un corps à corps. En bas, des cadavres jonchent l'espace entre des embarcations de deux types différents, qui sont attestés en Égypte à l'époque de Nagada.

Une oeuvre charnière

La vie animalière, la chasse et la navigation sur le Nil sont des thèmes anciens, qui étaient déjà traités sur les céramiques et les peintures de l'époque de Nagada. Comme sur les grandes palettes contemporaines, le bas-relief qui surgit alors exprime des scènes plus dynamiques, moins statiques que les figurations sur ces poteries de tradition antérieure. En outre, le thème du combat apparaît à la fin de cette époque. C'est pourquoi les chercheurs ont tenté d'y voir les narrations d'événements historiques. Aujourd'hui, on les interprète plutôt comme des images de référence, un catalogue des thèmes importants pour la classe dominante, à cette époque où se forme l'État égyptien.
Comme c'est souvent le cas alors, certains motifs sont des variantes de ceux de la Mésopotamie contemporaine : le personnage barbu du roi-prêtre (cf. AO 5718, AO 5719) et le dompteur de bêtes ou "Maître des animaux" en sont des exemples. Il est certain que des contacts directs ou indirects eurent lieu entre les deux civilisations. La disposition en registres superposés et les conventions employées pour représenter la figure humaine se retrouveront de façon constante durant toute l'époque pharaonique. Cet objet éclaire ainsi le passage entre la fin de la préhistoire et l'éclosion de la civilisation pharaonique.

Bibliographie

- ZIEGLER C., BOVOT J.-L., Art et archéologie : L’Egypte ancienne,  Ecole du Louvre / Editions de la réunion des musées nationaux / Documentation française, Paris,  2001, p. 55, 88-89, fig. 18.

- ANDREU G., RUTSCHOWSCAYA M. H., ZIEGLER C., L’Egypte au Louvre, Hachette, Paris, 1997, p. 40-41, notice n° 5.

- Naissance de l’Ecriture, catalogue de l’exposition, Editions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1982,  p. 60-61, notice n° 14.

-  CENIVAL J.-L. (de), L’Egypte avant les Pyramides, Editions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1973, fig. 17.

Cartel

  • Poignard "du Gebel el-Arak"

    vers 3300 - 3200 avant J.-C.

    proviendrait du Gebel el-Arak, au sud d'Abydos

  • lame en silex, manche en ivoire (canine d'hippopotame)

    H. : 25,50 cm.

  • E 11517

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Sully
    1er étage
    L'époque de Nagada, vers 4000 - 3100 avant J.-C.
    Salle 20
    Vitrine 1

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet