Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Homère déifié

Œuvre Homère déifié

Département des Peintures : Peinture française

Homère déifié, dit aussi L'Apothéose d'Homère

© 2006 RMN / Thierry Le Mage

Peintures
Peinture française

Auteur(s) :
François de Vergnette

Cette composition aux nombreux personnages fut commandée à Ingres pour décorer un plafond du "musée Charles-X" au Louvre (actuelles salles égyptiennes) et déposée en 1855. Fortement inspirée du Parnasse de Raphaël, cette peinture, qui n'est en rien "plafonnante", figure Homère divinisé recevant l'hommage des grands hommes de l'Antiquité et des artistes des Temps modernes. À ses pieds, deux allégories figurent l'Iliade et l'Odyssée.

Le dieu de l'art classique et ses disciples

Devant un temple au fronton duquel est inscrit son nom, le poète Homère, assis, est présenté comme un dieu. Il est couronné de lauriers par une Victoire. À ses pieds, deux femmes assises personnifient les épopées qu'il a composées. Celle qui porte une épée symbolise l'Iliade. La figure dotée d'une rame représente l'Odyssée. Le poète divinisé reçoit l'hommage des grands hommes de l'Antiquité et des artistes des Temps modernes, au nombre de quarante-six. Parmi les figures de l'Antiquité, celles qui sont peintes en pied et qui sont les plus proches d'Homère, on reconnaît à gauche le poète tragique Eschyle avec un rouleau de parchemin, le peintre Apelle avec ses pinceaux et sa palette, et à droite le poète Pindare avec une lyre, ainsi que le sculpteur Phidias avec un maillet. Seuls deux artistes modernes, Dante et Raphaël, sont introduits dans ce groupe. Les autres modernes sont placés plus bas et sont coupés à mi-corps. Ce sont surtout des artistes classiques du siècle de Louis XIV, comme les écrivains Racine, Boileau, Molière, Corneille,
La Fontaine, ou le peintre Nicolas Poussin.

Un plafond pour le Louvre

Cette oeuvre est le fruit d'une commande royale passée à Ingres en 1826 pour décorer le plafond de la première salle du musée Charles-X au Louvre. Ingres exécuta cette peinture de grandes dimensions en un an et la présenta au Salon de 1827. Il voulait en faire un manifeste du classicisme. Depuis son retour à Paris en 1824, l'ancien révolutionnaire de l'art, si décrié dans sa jeunesse, faisait figure de successeur de David, défendant la tradition classique face à Delacroix. Mais son Homère déifié fut peu apprécié. Sa grande oeuvre suivante, Le Martyre de saint Symphorien (Autun, cathédrale), fut encore plus critiquée, surtout par les tenants du classicisme, lors du Salon de 1834. En 1835, Ingres, dépité, quitta à nouveau Paris pour Rome.

Une volonté de classicisme

En accord avec son sujet célébrant les créateurs classiques, la composition est en grande partie de forme classique. Ingres n'a pas donné de perspective verticale, chère aux peintres baroques, à sa toile pourtant destinée à un plafond. La composition est frontale, et les figures sont disposées de manière symétrique de part et d'autre d'Homère, situé
au sommet d'une pyramide. Ingres s'est inspiré de la fresque de Raphaël dans la chambre de la Signature au Vatican, Le Parnasse. La toile d'Ingres cependant manque de fluidité, comparée aux oeuvres de son modèle. Ingres semble avoir juxtaposé des portraits célèbres des grands hommes, par exemple l'Autoportrait de Poussin (musée du Louvre). Il les a copiés avec une exactitude photographique. En même temps, la perspective de l'ensemble est niée, comme dans ses oeuvres antérieures les plus audacieuses (La Grande Odalisque, musée du Louvre). Il y a peut-être ici une volonté de la part d'Ingres de s'adapter à la fonction décorative de cette toile, de ne pas trop donner l'impression de creuser le mur. L'atténuation des reliefs et des tons y contribue aussi.

Bibliographie

- ROSENBLUM Robert, Ingres, Cercle d'art, Paris, 1968, p. 130-133.

Cartel

  • Jean-Auguste-Dominique INGRES (Montauban, 1780 - Paris, 1867)

    Homère déifié, dit aussi L'Apothéose d'Homère

    1827

  • H. : 3,86 m. ; L. : 5,12 m.

  • Commandé en 1826

    INV. 5417

  • Peintures

    Aile Denon
    1er étage
    Daru
    Salle 75

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet


Informations complémentaires

Signature en bas à gauche : "I. INGRES PINGbat" ; et date en bas à droite : "ANNO 1827"