Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Madame Récamier

Madame Récamier, née Julie (dite Juliette) Bernard (1777 - 1849)

© 2002 RMN / Gérard Blot

Peintures
Peinture française

Auteur(s) :
François de Vergnette

Juliette Récamier, épouse d'un banquier parisien, fut l'une des femmes les plus en vue de son temps. Ce portrait, qui la présente vêtue "à l'antique", dans un cadre dépouillé, entourée de meubles pompéiens est en 1800 à l'avant-garde de la mode. Son inachèvement - dont la raison est mal définie - permet d'étudier la technique de David, avant que les touches vibrantes et les "frottis" du fond ne soient "glacés" de couleurs translucides.

Un idéal d'élégance féminine

Allongée gracieusement sur une méridienne, Madame Récamier tourne sa tête vers le spectateur. Elle est vêtue d'une robe blanche à l'antique qui découvre ses bras et ses pieds nus. Elle se trouve dans une pièce presque vide avec peu de mobilier, hormis le sofa, un tabouret et un candélabre d'inspiration antique. La figure entière est vue d'assez loin, son visage occupe peu de place. C'est plus que la représentation d'une personne, c'est un idéal d'élégance féminine. Madame Récamier (1777-1849) avait alors vingt-trois ans mais était déjà une des femmes les plus admirées de son temps, en raison de sa beauté et de son salon. Elle était le symbole de l'ascension sociale de la nouvelle élite post-révolutionnaire. Fille d'un notaire, elle avait épousé en 1793 un banquier plus âgé qu'elle, qui était devenu l'un des principaux soutiens financiers du premier consul, Napoléon Bonaparte. Dans leur hôtel particulier restauré par l'architecte Percier et meublé par l'ébéniste Jacob, le couple recevait de nombreux écrivains dont certains, Benjamin Constant ou Chateaubriand, furent pris de passion pour la maîtresse de maison.

Un caprice de David

Commandé en 1800 à David par le modèle, ce tableau est resté inachevé pour des raisons obscures et sans doute multiples. David n'en était pas satisfait et voulait le reprendre mais Madame Récamier, trouvant David trop lent, demanda son portrait à l'un des élèves du maître. Le peintre se vexa et dit à son modèle : "Les femmes ont leur caprice, les artistes en ont aussi ; permettez que je satisfasse le mien, je garderai votre portrait." L'oeuvre fut conservée dans son atelier. C'est bien après son entrée au Louvre en 1826 que ce tableau fut redécouvert. En 1864, Théophile Gautier parla à propos de cette figure de son "attrait indicible comme la poésie de l'inconnu".

L'esthétique de l'inachèvement

C'est une oeuvre novatrice dans un format horizontal, insolite pour un portrait, qui était d'habitude utilisé pour les tableaux d'histoire. David crée un espace autour de la figure qui met en valeur l'arabesque élégante de son corps. La source antique de la pose de Madame Récamier, le dépouillement du décor comme de l'habillement de la jeune femme répondent à l'idéal néoclassique. L'harmonie claire de l'ensemble, due à la robe blanche de Juliette Récamier, est égayée par les tons chauds des meubles. Dans cette toile, seule la tête du modèle est presque terminée. Les glacis manquent sur les pâtes coulantes de la robe. Les accessoires, les murs et le sol sont restés à l'état de frottis vibrant. La préparation blanche apparaît par endroit. L'inachèvement de la toile lui donne un aspect mystérieux et poétique très différent sans doute de celui qu'aurait recherché David en achevant ce portrait. Après les portraits minutieux peints sous l'Ancien Régime, l'oeuvre de David à partir de la Révolution compte plusieurs portraits au fond inachevé comme ici (Portrait de Madame Trudaine, musée du Louvre).

Bibliographie

- SCHNAPPER Antoine, Jacques-Louis David 1748-1825, catalogue de l'exposition, Musée du Louvre, Éditions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1989, p. 356-357.

Cartel

  • Jacques-Louis DAVID (Paris, 1748 - Bruxelles, 1825)

    Madame Récamier, née Julie (dite Juliette) Bernard (1777 - 1849)

    1800

  • H. : 1,74 m. ; L. : 2,44 m.

  • Acquis à la vente de l'atelier de David, 1826 , 1826

    INV. 3708

  • Peintures

    Aile Denon
    1er étage
    Daru
    Salle 75

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet