Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Arts & éducation>Conférences de l'auditorium>Présentations d'expositions>Antoine-Jean Gros (1771-1835), dessins du Louvre

Antoine-Jean Gros (1771-1835), dessins du Louvre

Conférence par Laura Angelucci, musée du Louvre (Auditorium du Louvre, 3 juillet 2019).

Exposition : Rotonde Sully – Aile Nord
Musée du Louvre, du 27 juin au 30 septembre 2019

Antoine-Jean Gros (1771-1835), l’un des plus célèbres élèves du peintre Jacques-Louis David (1748-1825), est à juste titre considéré comme un précurseur du Romantisme. Davantage encore que ses peintures, ses dessins témoignent d’un rapide éloignement de l’enseignement classique de son maître, jusqu’à la rupture définitive avec l’esthétique néoclassique et l’affirmation d’un nouveau style annonçant cette nouvelle tendance artistique. Dans les représentations les plus dramatiques, la facture libre et impétueuse des tracés à plume et des larges couches de lavis relève ces qualités fortes et originales de l’art de Gros qui poussèrent Delacroix à isoler l’artiste au sein de l’école davidienne et à le placer à la tête de la nouvelle école de peinture.

Conçue pour accompagner la publication de l’Inventaire général des dessins d’Antoine-Jean Gros (1771-1835) au Louvre, l’exposition du Louvre comprend une quarantaine d’œuvres du musée qui permettent de parcourir la carrière du peintre, depuis sa formation jusqu’à sa pleine maturité artistique, et de montrer ses qualités de dessinateur, peu connues du public. Grâce au généreux concours du département des Peintures du Louvre et du musée Delacroix, elle inclut également plusieurs tableaux en relation avec le fonds de dessins de l’artiste du Louvre.

Parmi les œuvres présentées, certaines évoquent l’époque de la formation de Gros dans l’atelier de David (dès 1785), où il côtoya d’autres futurs grands peintres de sa génération comme Girodet et Gérard ; d’autres sont liées à son séjour en Italie (1793-1800) et à sa rencontre avec Bonaparte à Milan, pendant l’automne 1796. Comme on le sait, cette rencontre représente un événement capital dans la vie de l’artiste, car elle fut à l’origine de la commande du Portrait de Bonaparte à Arcole (17 novembre 1796), qui appartient aux collections de Versailles, et qui inaugura son heureuse carrière de peintre. Cette vivante image de l’héroïsme, ainsi que Delacroix définit l’œuvre, plut tellement au général qu’il en commanda aussitôt une gravure. Le tableau fut exposé au Salon de 1801 et la gravure circula en Italie et en France ; ainsi débuta la renommée de Gros, qui ne devait cesser de croître dans les années suivantes.

Plusieurs dessins rappellent le rôle de premier plan que l’artiste acquit dans la peinture propagandiste du régime napoléonien après son retour en France, en 1800,  depuis les  études pour des tableaux célébrant les exploits de Bonaparte et de ses généraux en Egypte – à Nazareth (1801, non exécuté), Jaffa (1804), Aboukir (1806) – jusqu’au modello d’une grande peinture, restée à l’état de projet, représentant l’Incendie de Moscou (1813), qui dans les intentions du peintre aurait dû réhabiliter l’image de l’Empereur après la désastreuse campagne de Russie (1812).

L’exemple que ces œuvres représentèrent aux yeux des artistes de la première génération romantique est bien illustré dans la dernière partie de l’exposition, où sont présentés des tableaux de Géricault en filiation directe avec ceux de Gros. Des exemples ponctuels évoqueront également le rappel à l’ordre que l’artiste imposa à sa peinture après la chute du Premier Empire (1814) avec la Restauration de la monarchie des Bourbons (1815). Ces feuilles annoncent l’apogée, paradoxale, de sa carrière publique sous les règnes de Louis XVIII (1815-1824) puis de Charles X (1824-1830) quand, artiste affirmé, très apprécié par la monarchie, il se vit couronné de tous les honneurs et, finalement, en 1824, du titre de baron.

Informations pratiques

Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, le musée du Louvre et le musée national Eugène-Delacroix sont fermés jusqu'au mardi 15 décembre inclus.

Les visiteurs ayant acheté un billet pour cette période seront remboursés automatiquement. Aucune démarche n’est nécessaire.

Le jardin des Tuileries et le jardin du Carrousel sont ouverts.

Retrouvez sur cette page toutes les informations liées à la situation sanitaire.

Nous vous remercions de votre compréhension.