Naples à ParisLe Louvre invite le musée de Capodimonte

A venir

7 juin 2023 – 8 janvier 2024

Naples à Paris

Le Louvre invite le musée de Capodimonte

7 juin 2023 – 8 janvier 2024

PARTENARIAT EXCEPTIONNEL AVEC LE MUSÉE DE CAPODIMONTE.
EXPOSITION AU CŒUR DES COLLECTIONS

7 juin 2023 - 8 janvier 2024
Aile Denon, Salon Carré et Grande Galerie
Aile Sully, Salle de la Chapelle

7 juin - 25 septembre 2023
Aile Sully, Salle de l’Horloge

 
Réaffirmant l’importance des collaborations entre les institutions muséales européennes, le musée du Louvre a noué pour l’année 2023 un partenariat d’une envergure inédite avec le musée de Capodimonte.

Le musée de Capodimonte

Ancienne résidence de chasse des souverains Bourbon, le palais (la Reggia en italien) abrite aujourd’hui l’un des plus grands musées d’Italie et l’une des plus importantes pinacothèques d’Europe, tant par le nombre que par la qualité exceptionnelle des œuvres conservées. Capodimonte est l’un des seuls musées de la péninsule dont les collections permettent de présenter l’ensemble des écoles de la peinture italienne. Il abrite également le deuxième cabinet de dessins d’Italie après celui des Offices ainsi qu’un ensemble remarquable de porcelaines.

L'exposition au coeur des collections

Une soixantaine des plus grands chefs-d’œuvre du musée napolitain sera exposée dans trois lieux différents du Louvre.

Salon Carré, Grande Galerie et salle Rosa (Aile Denon, 1er étage)

La volonté des deux musées est de voir les insignes chefs-d’oeuvre de Naples se mêler à ceux du Louvre, dans une présentation véritablement exceptionnelle : la réunion des deux collections offrira pendant six mois aux visiteurs un aperçu unique de la peinture italienne du 15e au 17e siècle, permettant également une vision nouvelle tant de la collection du Louvre que de celle de Capodimonte.

Trente-trois tableaux de Capodimonte, parmi les plus grands de la peinture italienne, viendront dialoguer avec les collections du Louvre (oeuvres de Titien, Caravage, Carrache, Guido Reni pour n’en citer que quelques-uns), ou bien les compléter en permettant la présentation d’écoles peu ou pas représentées – notamment bien sûr, la singulière école napolitaine, avec des artistes à la puissance dramatiques et expressives tels que Jusepe de Ribera, Francesco Guarino ou Mattia Preti.

Cela sera aussi l’occasion de découvrir la bouleversante Crucifixion de Masaccio, artiste majeur de la Renaissance florentine mais absent des collections du Louvre, un grand tableau d’histoire de Giovanni Bellini, La Transfiguration, dont le Louvre ne possède pas d’équivalent ou encore trois des plus magnifiques tableaux de Parmigianino, dont la célèbre et énigmatique Antéa. La confrontation de ces oeuvres avec les Corrège du Louvre promet assurément d’être l’un des moments forts de cette réunion.

Salle de la Chapelle (Aile Sully, 1er étage)

La collection de Capodimonte est le fruit d’une histoire unique dans les collections italiennes, qui explique largement la diversité des oeuvres qui y sont présentées. Avant l’unification de l’Italie (le royaume des Deux-Siciles y est rattaché en 1861), trois dynasties ont joué un rôle essentiel dans la constitution de cet ensemble impressionnant : les Farnèse, les Bourbons et les Bonaparte-Murat.

Rassemblant des tableaux aussi importants que le Portrait du pape Paul III Farnèse avec ses neveux par Titien et le Portrait de Giulio Clovio par Greco, des sculptures et des objets d’art spectaculaires, qui sont autant de prêts exceptionnels – dont le Cofanetto Farnese, la plus précieuse et raffinée des oeuvres d’orfèvrerie de la Renaissance avec la Salière de François Ier de Benvenuto Cellini, et l’extraordinaire biscuit de Filippo Tagliolini, La Chute des Géants –, l’exposition dans la salle de la Chapelle permettra de découvrir la richesse de cette collection, reflet et témoin des différents âges d’or du royaume de Naples.

Salle de l'Horloge (Aile Sully, 2e étage)

Riche de plus de 30 000 oeuvres, le Cabinet des Dessins et des Estampes de Capodimonte doit une partie de ses trésors à Fulvio Orsini, humaniste, grand érudit et bibliothécaire du cardinal Alessandro Farnèse, dit le Grand Cardinal et petit-fils du pape Paul III. Orsini constitua la première collection au monde à considérer les dessins d’étude et les dessins préparatoires. Cette approche nouvelle et révolutionnaire lui fera acquérir quatre fabuleux cartons qui étaient alors considérés de la main de Raphaël et de Michel-Ange. Moïse devant le buisson ardent par Raphaël et le Groupe de soldats par Michel-Ange sont préparatoires aux décors du Vatican et aujourd’hui reconnus comme de rares oeuvres autographes. Le carton de la Madone du divin amour et celui de Vénus et l'Amour sont considérés comme des oeuvres exécutées dans l’entourage immédiat des deux maîtres.

Ces oeuvres rarissimes seront présentées au Louvre en dialogue avec de célèbres cartons conservés au Cabinet des Dessins du Louvre comme la Sainte Catherine de Raphaël ou encore le carton de La Modération de Giulio Romano, le plus proche élève et collaborateur de Raphaël, récemment restauré.

Autour de l'exposition

Une ambitieuse programmation culturelle donnera à cette invitation, au-delà des salles du musée, les dimensions d’une véritable saison napolitaine à Paris.

Commissaires

Commissariat général :
Sébastien Allard, directeur du département des Peintures du musée du Louvre et Sylvain Bellenger, directeur du musée de Capodimonte.

Commissariat scientifique :
Charlotte Chastel- Rousseau, conservatrice au département des Peintures, musée du Louvre et Alessandra Rullo, conservatrice du patrimoine, Patrizia Piscitello, conservatrice du patrimoine, Carmine Romano, conservateur du patrimoine, Caroline Paganussi, secrétariat de conservation et Francesca Dal Lago, secrétariat de la Direction, Museo e Real Bosco di Capodimonte.

Sélection d'oeuvres

  • Massacio, La Crucifixion. 1426.

1 sur 6