Passe sanitaire

Conformément aux consignes gouvernementales, l'accès au musée nécessite la présentation d’un passe sanitaire européen pour toutes les personnes de plus de 12 ans et deux mois.

Napoléon III au palais de l'IndustrieUn musée éphémère – Le Musée Napoléon III au Palais de l’Industrie (mai-octobre 1862)

3 Décembre 2021

Napoléon III au palais de l'Industrie

Un musée éphémère – Le Musée Napoléon III au Palais de l’Industrie (mai-octobre 1862)

Conférences12H30

3 Décembre 2021

A l'occasion de la parution de la publication sous la direction de Laurent Haumesser. Coédition musée du Louvre éditions /Mare & Martin. 288 p., 230 ill.


Un musée éphémère – Le Musée Napoléon III au Palais de l’Industrie (mai-octobre 1862)
Par Laurent Haumesser, musée du Louvre

Le Musée Napoléon III, ouvert le 1er mai 1862 et fermé le 1er novembre de la même année, constitua une des entreprises les plus significatives mais les plus méconnues de la politique culturelle du Second Empire. Logée dans le Palais de l’Industrie, un édifice lui-même disparu, l’institution avait été conçue autour de l’immense collection Campana, achetée par la France en 1861 et qui offrait un panorama exceptionnel de la culture italienne, de l’Antiquité jusqu’à l’époque moderne. Mais le nouveau musée impérial regroupait aussi les résultats des missions archéologiques (en Macédoine, Asie mineure et Phénicie) et des moulages d’antiques (galerie de sculptures grecques et reliefs de la colonne Trajane de Rome).
Ce musée éphémère, conçu comme un musée d’art industriel, destiné à renouveler le langage décoratif de l’artisanat français, se distinguait par une muséographie originale : l’importance accordée aux séries, l’absence de hiérarchie entre les œuvres, l’attention prêtée aux fragments. Ce caractère novateur explique en partie le destin contrarié du musée Napoléon III, qui suscita de grands débats, au-delà même de sa fermeture. La publication de la première étude d’ensemble de cette institution, à travers de nombreux documents d’archives, de gravures et de photographies, invite à visiter et à comprendre ce musée disparu.
 

Ancien membre de l’École française de Rome, Laurent Haumesser est conservateur en chef au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre, où il est responsable de la collection étrusque et italique. Il s’est spécialisé notamment dans l’histoire de la peinture étrusque et de sa place dans le panorama de la peinture antique. Parmi ses domaines de recherche figurent également l’histoire de l’archéologie et des collections étrusques et en particulier la réception et la fortune de l’art étrusque en France, à l’époque moderne et contemporaine. Il a été co-commissaire des expositions Les Étrusques et la Méditerranée : la cité de Cerveteri (Lens, musée du Louvre Lens - Rome, Palais des Expositions, 2013-2014) et Les Etrusques en toutes lettres. Écriture et société dans l’Italie antique (site archéologique Lattara, musée Henri-Prades - Cortona, Museo dell’Accademia Etrusca e della Città di Cortona – MAEC 2015- 2016) ; il est l’un des commissaires de l’exposition Un rêve d’Italie. La collection du marquis Campana (Paris, musée du Louvre - Saint Petersburg, musée de l’Ermitage 2018-2019).
 

Téléchargez le programme détaillé

Un musée éphémère – Le Musée Napoléon III au Palais de l’Industrie (mai-octobre 1862)

Conférence du 3 décembre 2021 à 12h30

Télécharger le document.pdf (2,0Mo)