Pierrick Sorin et Pierre BastienCiné-spectacle 

28 Octobre 2022

Pierrick Sorin et Pierre Bastien

Ciné-spectacle 

FilmsLes Choses

28 Octobre 2022

Ciné-spectacle de Pierrick Sorin et Pierre Bastien 
L’un bricole des images, l’autre des machines musicales… Pierrick Sorin, vidéaste, et Pierre Bastien, musicien, se rencontrent sur scène et font naître, en temps réel, un univers commun à l’esthétique fragile, à la mécanique mystérieuse, parfois absurde…


Cycle de cinéma : « Machins, machines, de Buster Keaton à Tim Burton »
Les Choses. Une histoire de la nature morte depuis la Préhistoire - En lien avec l'exposition


A voir dans la salle de l'Auditorium Michel Laclotte : Installation de cinq théâtres optiques de Pierrick Sorin  


Pierrick Sorin est artiste vidéaste, metteur en scène et scénographe. A la fin des années 80, Pierrick Sorin réalise des autofilmages, en cinéma Super 8. Au travers de courtes histoires - où il tient tous les rôles - il porte un regard distancié et moqueur sur son quotidien et interroge, sur un mode burlesque, l’acte de création. A partir de 1995, il réalise de nombreux théâtres optiques (oeuvres dans lesquelles il apparaît sous forme d’hologramme, parmi des objets réels et palpables, parfois “en miniature“, parfois à échelle humaine. A compter de 2006, il signe des scénographies et mises en scène de spectacles, dans le domaine de l’opéra en particulier. Ses scénographies sont toujours fondées sur un usage de la vidéo comme outil de création visuelle “en direct“, sur scène. Les chanteurs deviennent acteurs d’un film créé en temps réel.

Pierrick Sorin a exposé dans nombreux musées, centres d’art ou galeries : Tate Gallery (Londres), Guggenheim (New-York), Metropolitan Museum of Photography (Tokyo), Fondation Cartier, Centre Pompidou (Paris). Il a mis en scène plusieurs opéras ( La Flûte enchantée de Mozart, La Belle Hélène d’Offenbach... ) pour des maisons telles que La Scala de Milan, l’Opéra de Lyon, le Théâtre Musical du Châtelet.


Pierre Bastien
Admirateur de John Cage, ce « compositeur mécanique » débute en construisant très jeune déjà des instruments à partir d'objets récupérés comme des électrophones usagés, des métronomes, des cymbales ou des poulies. Il fait des études de Lettres à la Sorbonne, mais, influencé par Bernard Vitet et Don Cherry, il se lance en parallèle dans la musique en 1976, à l'occasion d'une soirée parisienne organisée par Jac Berrocal au Théâtre Mouffetard. Il collabore avec Éric Fèvre et Bernard Puvost dans leur groupe Nu Phonic Ensemble, puis avec Bernard Pruvost seulement par la suite, dans un duo baptisé Nu Creative Methods, puis, dès 1977, avec Pascal Comelade dans son Bel Canto Orchestra. Vers la même période il compose pour plusieurs compagnies de danse, notamment pour le ballet Tartine du chorégraphe Dominique Bagouet1. Il joue dans d'autres formations telles que Operation Rhino et Effectifs de Profil.

En 1986 il fonde officiellement son propre orchestre, baptisé Mecanium, composé de neuf machines Meccano jouant divers instruments, tels le luth chinois, le bendir ou le rebab marocains, la kora ou l'angklung sénégalais, le saron javanais, le koto japonais ou la mandoline yougoslave, le tout complété par des accompagnements improvisés de Bastien à la trompette ou au violon. Dans les années 1990, Mecanium inclut jusqu'à 80 machines-musiciennes, et effectue plusieurs tournées ainsi que des apparitions dans plusieurs festivals de musique, notamment en Norvège, en Australie, au Japon, au Canada, en Pologne et aux États-Unis.

Bastien a collaboré avec des artistes tels que Robert Wyatt, Jac Berrocal, Jaki Liebezeit, Lukas Simonis, Klimperei, Pierrick Sorin et Issey Miyake. Ses productions ont été publiées sur des labels tels que Lowlands, Signature-Radio France, Rephlex, Tigersushi et Alga Marghen. Il est également titulaire d'un doctorat en littérature française du XVIIIe siècle, sa thèse portant sur le pré-surréaliste Raymond Roussel.