Passe sanitaire

Conformément aux consignes gouvernementales, l'accès au musée nécessite la présentation d’un passe sanitaire européen pour toutes les personnes de plus de 12 ans et deux mois.

Zito Eleutheria ! Eugène Delacroix, un philhellène romantiqueAutour du chef-d’oeuvre du musée des Beaux-Arts de Bordeaux, La Grèce sur les ruines de Missolonghi

3 Décembre 2021

Zito Eleutheria ! Eugène Delacroix, un philhellène romantique

Autour du chef-d’oeuvre du musée des Beaux-Arts de Bordeaux, La Grèce sur les ruines de Missolonghi

Conférences#ParisAthènes

3 Décembre 2021

Par Sophie Barthélemy, musée des Beaux-Arts de Bordeaux


En lien avec "Paris-Athènes. Naissance de la Grèce moderne (1675-1919)"
Exposition 30 septembre 2021 – 7 février 2022, musée du Louvre, Hall Napoléon
 

Autour du chef-d’œuvre du musée des Beaux-Arts de Bordeaux, La Grèce sur les ruines de Missolonghi

Fleuron emblématique des collections bordelaises depuis son entrée au musée en 1852, du vivant de l’artiste, La Grèce sur les ruines de Missolonghi est aussi devenue, au-delà même de son statut de chef-d’œuvre universel, l’icône de la résistance héroïque du peuple grec, libéré du joug ottoman.  Apparu dans le contexte du romantisme, le mouvement philhellène avait entraîné dans son sillage toute l’intelligentsia libérale européenne. Hommes politiques, artistes et intellectuels, parmi lesquels Chateaubriand, Victor Hugo, Lord Byron, Delacroix ou encore Ary Scheffer, s’étaient enflammés pour la cause hellène, projetant dans le combat des Grecs pour leur émancipation leur propre idéal de liberté. Expression de la nostalgie d’une Antiquité rêvée, la Grèce était à leur yeux le symbole de la civilisation chrétienne et de la démocratie en opposition à un Orient réputé barbare et despotique.  Dès 1824, fleurissent un peu partout en Europe des comités de soutien aux insurgés, chargés de récolter des fonds grâce à des ventes de charité et des expositions. Commandé par l’actif comité philhellène parisien, le tableau bordelais fut ainsi exposé à la galerie du marchand Lebrun à l’été 1826 dans le but de sensibiliser l’opinion publique. Delacroix choisit d’évoquer l’épisode tragique de la chute de la ville martyre de Missolonghi, survenue quelques mois plus tôt, par le choix audacieux et anachronique d’une allégorie féminine, dispositif repris cinq ans plus tard pour sa célèbre Liberté guidant le peuple sur les barricades. Exposé en 1852 à Bordeaux au Salon de la Société des Amis des Arts, le tableau a certes alors perdu de son actualité mais séduit le public et la critique par la modernité de son sujet associant allégorie et représentation historique. 
A travers l’exemple magistral de La Grèce sur les ruines de Missolonghi, cette conférence se proposera, dans le prolongement de l’exposition franco-grecque La Grèce en révolte (1996-97), d’évoquer les enjeux idéologiques du philhellénisme artistique et de ses réseaux philanthropiques.