Passe sanitaire

Dans le but de réduire les risques de transmission de la Covid-19, la présentation d’un passe sanitaire sera obligatoire pour accéder au musée du Louvre à partir du 21 juillet pour toutes les personnes de 18 ans et plus.

Ferdinand-Philippe d’Orléans (1810-1842). Images d’un prince idéal

Montauban

Posté le 1 juillet 2021

https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010067016

Du 18 juin au 24 octobre 2021, l’exposition du musée Ingres Bourdelle à Montauban, en partenariat avec le Louvre, propose de parcourir la vie du prince à travers près de 200 œuvres, depuis sa naissance en exil à Palerme, jusqu’à la veille de sa mort, à Paris.

Le prince et le peintre

Oublié aujourd’hui dans les soubresauts de l’histoire, Ferdinand-Philippe d’Orléans, fils aîné de Louis-Philippe et héritier du trône français entre 1830 et 1842, jouissait pourtant d’un rayonnement considérable en son siècle. Il incarnait l’avenir de la monarchie de Juillet. C’est grâce au génie d’Ingres que son élégante silhouette hante encore notre imaginaire, non sans un sentiment funeste : ce portrait est la dernière effigie pour laquelle le prince a posé, avant de mourir dans un accident à l’âge de 31 ans. Ingres ne peindra aucun nouveau portrait masculin par la suite. En 2005, le tableau entre au musée du Louvre.

illustration
Jean Auguste Dominique Ingres, Portrait de Ferdinand-Philippe de Bourbon-Orléans, duc d'Orléans (1810-1842)

Un héritier au trône moderne et un mécène de son temps

Prenant ce chef-d’œuvre d’Ingres comme point de départ, l’exposition propose de parcourir la vie du prince à travers ses images peintes, dessinées, gravées et sculptées, de sa modeste enfance en exil jusqu’aux somptueuses funérailles, de la propagande aux caricatures. Le parcours se concentre ensuite sur son remarquable mécénat artistique : conscient de son rôle de futur souverain, Ferdinand-Philippe d’Orléans a soutenu les meilleurs peintres et sculpteurs vivants de son temps, d’Ingres à Barye en passant par Delacroix, Scheffer et Corot. Il a formé en une décennie une collection au goût moderne, fastueux et indépendant, aujourd’hui dispersée mais à laquelle l’exposition redonne partiellement vie.

illustration
Eugène Delacroix, L'Assassinat de l'évêque de Liège

Un destin brisé, à jamais idéal

Incarnation des espoirs d’une dynastie, d’une nation mais aussi de toute la communauté artistique, Ferdinand-Philippe est resté le prince idéal, que sa mort précoce a préservé des désillusions du pouvoir. Sa disparition tragique a suscité un besoin de monuments et d’objets commémoratifs à l’aune de la vague d’émotion ressentie. Car cette éclipse ne signifie pas seulement un désastre pour la famille d’Orléans et pour le régime de la monarchie de Juillet ; ce fut certainement une occasion majeure manquée pour l’art français du xixe siècle, dont les efflorescences romantiques nous étonneraient encore aujourd’hui si elles n’avaient avorté en même temps que le règne de « Ferdinand-Philippe Ier », cet « artiste royal » regretté par Alexandre Dumas père.

illustration
Henri de Triqueti, Portrait funéraire du duc d'Orléans (1810-1842)

Commissaires

Stéphanie Deschamps-Tan et Côme Fabre, musée du Louvre, Florence Viguier-Dutheil, musée Ingres Bourdelle

Pour aller plus loin

  • À lire : catalogue de l’exposition, Ferdinand-Philippe d’Orléans (1810-1842). Images d’un prince idéal, éditions Le Passage, 400 p., 250 ill, 39 €
  • À voir : présentation de l'exposition à l'auditorium du Louvre, le 6 octobre 2021.

Réserver sur le site du musée Ingres Bourdelle

 Partager cet article

Vous aimerez aussi

Miroir du prince. La commande artistique des hauts dignitaires de la cour de Bourgogne au XVe siècle

Du 5 juin au 19 septembre 2021, cette double exposition présentée conjointement au musée Rolin et au musée Vivant Denon retrace la fastueuse épopée du duché de Bourgogne au travers de la commande artistique de hauts fonctionnaires au service de Philippe le Bon et Charles le Téméraire.

Idoles. L’art des Cyclades et de l’Anatolie à l’Âge du bronze

Collaboration exceptionnelle du Louvre et du musée Fenaille de Rodez, cette exposition réunit pour la première fois un ensemble unique de statuettes originaires des Cyclades et d’Anatolie des débuts de l’âge du Bronze ainsi que des œuvres modernes et contemporaines. À découvrir du 12 juin au 17 octobre 2021.

Absolutely Bizarre ! Les drôles d’histoires de l’École de Bristol (1800-1840)

Dans le cadre de l’année britannique, le musée des Beaux-Arts de Bordeaux présente deux expositions : « British Stories » au musée, jusqu'au 19 septembre, puis « Absolutely Bizarre ! » à la Galerie des Beaux-Arts, du 10 juin au 17 octobre 2021. Elles mettent à l’honneur la peinture britannique tout en rendant hommage aux relations historiques entre la Grande-Bretagne et l’Aquitaine.