Passe sanitaire

Conformément aux consignes gouvernementales, l'accès au musée nécessite la présentation d’un passe sanitaire européen pour toutes les personnes de plus de 12 ans et deux mois.

Dans le palais de Sargon IICour Khorsabad

illustration
Décor de la ville et du palais du roi Sargon II à Dur-Sharrukin, actuellement Khorsabad Salle 229 (Cour Khorsabad), Aile Richelieu, Niveau 0

La cour Khorsabad présente les vestiges d’une gigantesque ville bâtie en à peine dix ans, à la fin du 8e siècle avant notre ère. À cette époque, le nord de l'actuel Irak appartient au puissant Empire assyrien. Le roi Sargon II décide de faire construire une nouvelle capitale à Khorsabad, près de Mossoul. Mais à la mort de son fondateur, la cité perd son statut de capitale. Ce n’est qu’au 19e siècle que des archéologues français redécouvrent les vestiges du site. C’est ainsi que le premier musée assyrien du monde voit le jour au Louvre, donnant naissance à une toute nouvelle discipline : l’archéologie orientale.

Une nouvelle capitale

Au 8e siècle avant J.-C., le roi Sargon II règne sur l’Empire assyrien. Vers -713, il prend une décision forte qui doit asseoir son autorité : fonder une nouvelle capitale. Il choisit un vaste site au pied du mont , dans le nord de l’actuel Irak. Ce sera Dûr-Sharrukin, la « forteresse de Sargon ». Grâce au butin et aux prisonniers de guerre, le roi entreprend la construction de cette nouvelle ville qui doit être à la mesure de sa toute-puissance. Ses dimensions dépassent les plus grandes cités du monde antique. Son palais à lui seul comporte 200 pièces et cours.

illustration
Cour Khorsabad Salle 229, Aile Richelieu, Niveau 0

Une ville inachevée

Mais à la mort de Sargon II en -705, son fils et successeur, le roi Sennachérib, abandonne les travaux de la ville encore inachevée pour transférer la capitale à Ninive. Sargon II a été tué au cours d’une violente bataille et son corps n’a jamais été retrouvé. Le mystère qui entoure sa disparition a fait craindre une punition divine. Le nouveau roi qui assurait déjà la fonction de régence à Ninive décide d’y rester. Le site peu à peu oublié ne sera retrouvé qu’en 1843, lors de fouilles pionnières entreprises par Paul-Émile Botta, vice-consul de France à Mossoul. C’est le début de l’archéologie mésopotamienne et plus largement orientale. Avec cette découverte ressurgissent les vestiges d’une civilisation oubliée, connue alors seulement par la Bible et les auteurs classiques. Les découvertes de Botta sont pour partie exposées au musée du Louvre où est inauguré, le 1er mai 1847, le premier musée assyrien du monde.

illustration
Félix Thomas, Le Pacha de Mossoul visitant les fouilles de Khorsabad Salle 229 (Cour Khorsabad), Aile Richelieu, Niveau 0

Un décor royal... qui a perdu ses couleurs

Sous la verrière de la cour, la lumière joue sur les grandes plaques sculptées. À l’origine, nombre de ces reliefs se trouvaient aussi dans une cour mais à l’air libre. Beaucoup ornaient la grande cour d’honneur qui donnait accès à la salle du trône dans le gigantesque palais de Sargon II. Ces plaques en albâtre couvraient la base des murs de brique crue et étaient rehaussées de riches couleurs, notamment de bleu et de rouge. On peut encore en apercevoir quelques traces, notamment sur la tiare (couronne royale) que porte Sargon II. Les bas-reliefs représentent des scènes variées (chasse à l’arc, processions de dignitaires) qui évoquent la vie à la cour de Sargon II et glorifient le roi. Plusieurs panneaux semblent montrer le transport du bois de cèdre depuis le Liban pour construire la nouvelle capitale : ils rappellent l’ampleur et la rapidité du chantier, ainsi que l’étendue de l’Empire assyrien qui couvre de vastes territoires.

illustration
Expédition pour le bois du Liban : débarquement des troncs Salle 229 (Cour Khorsabad), Aile Richelieu, Niveau 0

Des génies protecteurs

Ce fastueux décor avait aussi une fonction magique. C’est notamment le cas des génies protecteurs sculptés sur les murs : ils devaient veiller sur la ville et son palais. Ils sont donc représentés en des lieux qui nécessitent une protection particulière, comme les portes. C’est pourquoi les passages sont encadrés de monumentaux taureaux ailés. Chacun a été taillé dans un seul gigantesque bloc d’albâtre et pèse environ 28 tonnes. Ces créatures fantastiques, appelées aladlammû ou lamassu, possèdent un corps et des oreilles de taureaux, des ailes d’aigle et un visage humain coiffé d’une haute tiare, semblable aux représentations de Sargon II. Cette nature hybride ainsi que les doubles ou triples cornes sont des marques de leur divinité dans le monde mésopotamien. Combinant les pouvoirs de ces différents êtres, leur puissance protège la ville et son palais de manière bienfaisante comme le souligne leur sourire...

La cour Khorsabad

Youtube est désactivé. Autorisez le dépôt de cookies pour accéder au contenu.

Le saviez-vous ?

Taureaux à cinq pattes

illustration
Taureaux androcéphales ailés du palais de Sargon II Salle 229, Aile Richelieu, Niveau 0

Gilgamesh

Héros maîtrisant un lion, dit "Gilgamesh" Salle 229, Aile Richelieu, Niveau 0

Galerie d'œuvres

  • Taureau androcéphale ailé

1 sur 9

Pour aller plus loin

Découvrir aussi