Passe sanitaire

Conformément aux consignes gouvernementales, l’accès au musée du Louvre nécessite la présentation d’un passe sanitaire pour toutes les personnes de 18 ans et plus. Cette obligation s’étendra à toutes les personnes de plus de 12 ans et deux mois à partir du 30 septembre.

« Ferdinand-Philippe d’Orléans (1810-1842). Images du prince idéal »Présentation d'exposition

30 Septembre 2021

« Ferdinand-Philippe d’Orléans (1810-1842). Images du prince idéal »

Présentation d'exposition

Conférences12H30

30 Septembre 2021


Par Stéphanie Deschamps-Tan et Côme Fabre, musée du Louvre.

Conférence suivie de la lecture, par Adrien Goetz (de l'Académie des beaux-arts) de son uchronie "Et s'il avait régné...", récit du règne imaginaire de Ferdinand-Philippe d'Orléans sur les arts jusque vers 1880.

Exposition au musée Ingres-Bourdelle à Montauban, jusqu’au 24 octobre 2021.


Oublié aujourd’hui dans les soubresauts de l’histoire, Ferdinand-Philippe d’Orléans, héritier du trône français entre 1830 et 1842, jouissait pourtant d’un rayonnement considérable en son siècle. C’est grâce au génie d’Ingres que son élégante silhouette hante encore notre imaginaire, non sans un sentiment funeste : ce portrait est la dernière effigie pour laquelle le prince a posé, avant de mourir dans un accident. Profondément affecté par la disparition tragique de son mécène âgé de 31 ans, Ingres n’a plus peint d’autre portrait masculin par la suite.

Prenant ce chef-d’œuvre d’Ingres comme point de départ, l’exposition propose de parcourir la vie du prince à travers ses images peintes, dessinées, gravées et sculptées, de sa modeste enfance en exil jusqu’aux somptueuses funérailles, de la propagande aux caricatures. Le parcours se concentre ensuite sur son remarquable mécénat artistique : conscient de son rôle de futur souverain, Ferdinand-Philippe d’Orléans a soutenu les meilleurs peintres et sculpteurs vivants de son temps, d’Ingres à Barye en passant par Delacroix, Scheffer et Corot. Il a formé en une décennie une collection au goût moderne, fastueux et indépendant, aujourd’hui dispersée mais à laquelle l’exposition redonne partiellement vie. Incarnation des espoirs d’une dynastie, d’une nation mais aussi de toute la communauté artistique, Ferdinand-Philippe est resté le prince idéal, que sa mort précoce a préservé des désillusions du pouvoir. Sa disparition tragique a provoqué la commande d’un nombre inédit de monuments et d’objets commémoratifs, à l’aune de la vague d’émotion ressentie.

Les commissaires vous proposent de parcourir virtuellement l’exposition du musée Ingres-Bourdelle de Montauban, scénographiée par Silvo Crescoli. Ils seront accompagnés par Adrien Goetz, de l’Académie des Beaux-arts, qui fera la lecture de son essai uchronique commandé spécialement à l’occasion de l’exposition et publié à la fin du catalogue.

A lire également : Ferdinand-Philippe d'Orléans, 1810-1842, images d'un prince idéal  


Catalogue de l’exposition, Ferdinand-Philippe d’Orléans (1810-1842). Images d’un prince idéal, éditions Le Passage, 400 p., 250 ill., 39 €