Passe sanitaire

Conformément aux consignes gouvernementales, l’accès au musée du Louvre nécessite la présentation d’un passe sanitaire pour toutes les personnes de 18 ans et plus. Cette obligation s’étendra à toutes les personnes de 12 ans et plus à partir du 30 septembre.

L’art de la marqueterie et de l’incrustation sur bois

À voir

Posté le 25 mai 2021

Jusqu'au 18 octobre 2021, découvrez l’art de la marqueterie de l'Espagne à l'Inde et traversez 10 siècles d'histoire.

Un art ancestral qui traverse les âges

L’art de la marqueterie, pratiqué depuis la plus haute antiquité, consiste à assembler et plaquer sur un bâti en bois des pièces de bois précieux ou exotiques, d’ivoire, d’os ou encore de métal. Comme l’illustre la quinzaine de pièces réunies pour cette exposition d’actualité intitulée « De la Méditerranée à l’Inde : la marqueterie en partage » , cet art du « déguisement » du bois a pris la forme, dans le monde islamique, d’une marqueterie le plus souvent géométrique ou inspirée par le règne végétal.

Les visiteurs peuvent admirer notamment l’un des plus anciens exemples de marqueterie géométrique connus pour le monde islamique, daté du 9e siècle et provenant d’Égypte, présenté non loin d’un lutrin mamelouke du 15è siècle et de pièces de mobilier iranien du 19e siècle entièrement tapissé de réseaux étoilés.

 

De l'Espagne à l'Inde, des modes qui passent les frontières

Des passerelles sont jetées entre les arts décoratifs des terres d’Islam et ceux de l’Europe chrétienne : on découvre un siège espagnol du 16e siècle orné d’un décor dérivé de modèles nasrides et un coffre italien arborant des compositions géométriques inspirées de l’art islamique.

Témoignant d'échanges plus lointains, le sous-continent indien est représenté par trois pièces de mobilier fabriqué au 17e et au 18e siècle dans les régions côtières de l’Inde occidentale. Conçues pour une clientèle européenne établie dans les comptoirs commerciaux de l’Asie, elles témoignent des interactions engendrées par l’ouverture de la Route des Indes.

Dans cette sélection inédite figurent l’une des dernières acquisitions du département des arts de l’Islam, ainsi que des pièces habituellement laissées en réserve, dont quelques prêts d’autres départements du musée et du musée de Cluny.

A voir jusqu’au 18 octobre 2021, salle 186, Aile Denon niveau -1

Voir le plan du musée

Commissaire

Charlotte Maury

Pour aller plus loin

 

 Partager cet article

Vous aimerez aussi

Le Salon carré fait peau neuve

Pendant la fermeture, la rénovation de cette salle prestigieuse au cœur du musée a été entreprise. L’occasion pour les visiteurs de redécouvrir son plafond majestueux, qui constitue l’un des plus beaux décors historiques du palais, et d’admirer de grands chefs-d’œuvre de la peinture italienne, installés sur les cimaises repeintes, dans le respect de la double identité du lieu, celle de sa conception du 19ème siècle et celle de sa redéfinition dans les années 1970 par les architectes Paulin, Motte et Monpoix.

Sculptures antiques de Libye et de Syrie. Lutter contre le trafic illicite de biens culturels

Jusqu’au 13 décembre, le musée du Louvre présente quatre demi-statues funéraires de Cyrène, en Libye orientale, qui ont été saisies en France alors qu’elles allaient être exportées illégalement ainsi que deux reliefs à décor byzantin provenant vraisemblablement de Syrie. Ces œuvres sont temporairement présentées au Louvre afin d’alerter le public sur ces questions de patrimoine en danger.

Hommage à la Maison de Bourbon. Pastels de Fragonard et Lemonnier

Jusqu’au 13 septembre 2021, les visiteurs peuvent découvrir dans les salles du musée un ensemble de portraits de la famille de Bourbon peints au pastel par Jean-Honoré Fragonard. Acquis l’année dernière par le Louvre, ils apportent un éclairage nouveau sur l’œuvre du peintre et dessinateur de renom.