Passe sanitaire

Conformément aux consignes gouvernementales, l'accès au musée nécessite la présentation d’un passe sanitaire européen pour toutes les personnes de plus de 12 ans et deux mois.

Le mastaba du Louvre prend de la hauteur

Rénovation

Posté le 29 juin 2021

Pendant l’hiver 2016-2017, le musée du Louvre a lancé une grande campagne de dons en ligne pour la restauration et la reconstitution de la chapelle du tombeau d’un dignitaire égyptien de l’Ancien Empire : Akhethétep. Ce chantier est terminé et les visiteurs redécouvrent ce chef-d’œuvre de l’Antiquité égyptienne dans les salles du Louvre. Récit d’une opération muséographique exceptionnelle.

Après un patient travail de recherches et de fouilles mené sur le site archéologique de Saqqara, au sud du Caire, les équipes du musée du Louvre ont retrouvé le mastaba dans lequel prenait place la chapelle aujourd’hui conservée au Louvre. C’est un imposant massif plein, long de 32 mètres, profond de 16 mètres et haut de plus de 6 mètres. Ces découvertes permettent de proposer aujourd’hui une nouvelle présentation muséographique offrant au public la chapelle du mastaba telle que la famille du défunt la voyait, à plusieurs mètres de hauteur. 

Les caméras du Louvre ont suivi pas à pas le projet, aux côtés des équipes scientifiques et des restaurateurs. Episode 1 : Un mastaba n'est pas le tombeau

Youtube est désactivé. Autorisez le dépôt de cookies pour accéder au contenu.

« Notre perception et celle des visiteurs vont être complètement modifiées car nous sommes désormais au plus près de la réalité architecturale », s’enthousiasme le directeur du département des Antiquités égyptiennes au musée du Louvre Vincent Rondot.

En Égypte, au temps des pyramides, seuls les grands dignitaires ont le privilège de reposer au sein d’un tombeau monumental. Le « mastaba » d’Akhethétep, haut personnage de l’Ancien Empire et proche du pharaon, est l’un d’entre eux. Sa chapelle funéraire, vieille de 4 000 ans, est l’une des œuvres emblématiques des collections des Antiquités égyptiennes du Louvre. Vendus par l’Egypte, elle est acheminée en 1903 au musée. Composée d’imposants blocs de calcaire au riche décor où images et inscriptions sont liées dans la pierre, on entre dans la chapelle du mastaba comme le faisait la famille du défunt. À l’intérieur, on découvre les bas-reliefs où se dessinent la nature florissante, la vie des champs, les banquets, danses et processions d’offrandes...

« Les ancêtres vous saluent. Adieu »Marbriers-marbreurs, 1932

L’ambitieux et délicat chantier a consisté à démonter la chapelle bloc par bloc. Chacun d’eux a ainsi été nettoyé, restauré, photographié et numérisé. Une surprise attendait même les équipes de restaurateurs qui ont découvert, cachés entre les blocs, des petits papiers pliés laissés là par leurs prédécesseurs des années 1930. Les ouvriers qui ont remonté la chapelle en 1932 y ont écrit leurs noms accompagnés d’un « Les ancêtres vous saluent. Adieu ».

illustration
Les marbriers-poseurs, 1932

Episode 2 : Le temps des fouilles à Saqqarah

Youtube est désactivé. Autorisez le dépôt de cookies pour accéder au contenu.

Episode 3 : Des décors éternels

Youtube est désactivé. Autorisez le dépôt de cookies pour accéder au contenu.

Episode 4 : Une nouvelle mise en scène pour la chapelle

Youtube est désactivé. Autorisez le dépôt de cookies pour accéder au contenu.

Episode 5 : Une chapelle restaurée

Youtube est désactivé. Autorisez le dépôt de cookies pour accéder au contenu.

Pour retrouver la hauteur du monument antique, un soubassement de pierre a été aménagé. Il surélève le monument et présente désormais les reliefs à leur juste hauteur comme dans les bonnes proportions. Le chantier s'est terminé au printemps 2021, place aux visiteurs !


Crédits photos
© Musée du Louvre / Christian Décamps 

 Partager cet article

Vous aimerez aussi

Giacometti et l’Égypte Antique

Du 22 juin au 10 octobre 2021, l’Institut Giacometti présente une exposition inédite sur la relation d’Alberto Giacometti à l’art égyptien, avec la collaboration exceptionnelle du musée du Louvre. L’exposition met en dialogue des œuvres emblématiques de l’artiste avec celles du département des Antiquités égyptiennes.

Le Salon carré fait peau neuve

Pendant la fermeture, la rénovation de cette salle prestigieuse au cœur du musée a été entreprise. L’occasion pour les visiteurs de redécouvrir son plafond majestueux, qui constitue l’un des plus beaux décors historiques du palais, et d’admirer de grands chefs-d’œuvre de la peinture italienne, installés sur les cimaises repeintes, dans le respect de la double identité du lieu, celle de sa conception du 19ème siècle et celle de sa redéfinition dans les années 1970 par les architectes Paulin, Motte et Monpoix.

Sculptures antiques de Libye et de Syrie. Lutter contre le trafic illicite de biens culturels

Jusqu’au 13 décembre, le musée du Louvre présente quatre demi-statues funéraires de Cyrène, en Libye orientale, qui ont été saisies en France alors qu’elles allaient être exportées illégalement ainsi que deux reliefs à décor byzantin provenant vraisemblablement de Syrie. Ces œuvres sont temporairement présentées au Louvre afin d’alerter le public sur ces questions de patrimoine en danger.