Passe sanitaire

Conformément aux consignes gouvernementales, l'accès au musée nécessite la présentation d’un passe sanitaire européen pour toutes les personnes de plus de 12 ans et deux mois.

Les Animaux du Roi à Versailles

Versailles

Posté le 4 octobre 2021

Peintures, sculptures, porcelaines, dessins, orfèvrerie… quelques 300 œuvres issues d’une cinquantaine de collections françaises et étrangères dévoilent les relations qu’entretenaient la Cour de Versailles avec les animaux domestiques, sauvages et exotiques. À découvrir du 12 octobre 2021 au 13 février 2022.

Du Palais à la Ménagerie Royale, les animaux faisaient partie intégrante du quotidien à Versailles.

Peut-on imaginer aujourd’hui le château de Versailles et ses jardins grouillant de vie animale ? Et pourtant les animaux de compagnie se comptaient par dizaines dans les appartements des princes, et jusqu’aux antichambres des rois, encombrées de niches : braques, épagneuls, carlins, singes vervets, chats angoras, aras et perruches ; la ménagerie abritait les animaux les plus rares, du coati au couagga, du casoar à la grue couronnée, que l’on surnommait l’« oiseau royal » ; le gibier était abondant dans le petit et le grand parc ; 700 chevaux logeaient à la petite et à la grande écurie, 300 chiens de chasse dans le grand chenil…

« les animaux de compagnie se comptaient par dizaines dans les appartements des princes »
illustration
Attribué à Claude Lefèbre, Portrait présumé de Mademoiselle de Blois (1666-1739), vers 1674, Huile sur toile, H. 138 cm L. 98 cm

Les animaux comme sujet de prédilection des peintres et des savants

L’exposition Les animaux du roi a pour ambition de faire revivre ce bestiaire, et de faire redécouvrir les hauts lieux de la vie animale versaillaise. Ainsi le merveilleux bosquet du Labyrinthe sera évoqué par les fragments subsistants de ses fontaines sur le thème des fables d’Esope, -c’est l’un des trésors cachés de Versailles. Le décor du salon octogone de la ménagerie, pièce panoramique ouvrant sur les cours rayonnantes, sera lui aussi restitué. Les animaux eux-mêmes reviendront en foule à Versailles, car ils n’ont pas disparu sans laisser de traces : les meilleurs peintres du roi, de Bernaerts, Boel et Le Brun à Desportes et Oudry, ont fait les portraits des animaux exotiques, sauvages et familiers. Ils étaient tissés à la manufacture des Gobelins, mais aussi disséqués, gravés puis naturalisés à l’académie des Sciences et au Jardin du roi, aujourd’hui Muséum d’histoire naturelle.

illustration
Pieter Boel, Étude de deux aras, vers 1668-1674, huile sur toile H. 156 cm L. 114 cm

Versailles, lieu de défense de la cause animale ?

On découvrira ainsi l’éléphante naturalisée de Louis XV, offerte par Napoléon au Muséum de Pavie, mais aussi le squelette du premier éléphant de Versailles, une éléphante offerte à Louis XIV par le roi du Portugal, qui vécut treize années à Versailles. Les chiens préférés des rois avaient aussi droit à leurs portraits avec leurs noms inscrits en lettres d’or : on fera donc connaissance avec Misse, Turlu, Tane, Blonde, Diane, Merluzine, Hermine et Cocoq… et même avec le Général, chat de Louis XV, portraituré par Oudry. Enfin on apprendra la farouche résistance versaillaise à la théorie cartésienne des animaux-machines : dans le palais des rois de France, on n’a jamais douté que les animaux avaient une âme !

Commissaires : Alexandre Maral, conservateur au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon et Nicolas Milovanovic, conservateur au département des Peinture du musée du Louvre

Exposition organisée par le château de Versailles, avec la collaboration exceptionnelle du musée du Louvre.

En savoir plus sur le site du château de Versailles

#LesAnimauxDuRoi

illustration
Nicasius Bernaerts, Poules et coqs de diverses espèces dans a Cour des belles poules de la Ménagerie de Versaille, 1664-1668, huile sur toile, H. 75 cm L. 175 cm

À lire

Catalogue de l’exposition : Les Animaux du Roi, sous la direction d’Alexandre Maral et Nicolas Milovanovic, coédition Liénart / Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon. 464 p. 385 ill., 49 €.

 Partager cet article

Vous aimerez aussi

Les Louvre de Pablo Picasso

Du 13 octobre 2021 au 31 janvier 2022, l'exposition du Louvre-Lens se penche sur le dialogue qui s'opère entre les collections du Louvre et l'œuvre de Pablo Picasso (1881-1973), montrant à quel point le Louvre est un lieu fondamental pour la compréhension de son œuvre.

La sculpture lorraine du 18e siècle : la double exposition de la rentrée à Nancy et à Lunéville

La Ville de Nancy et le conseil départemental de Meurthe-et-Moselle s’associent pour présenter une saison consacrée à la sculpture lorraine du 18e siècle, à découvrir du 18 septembre 2021 au 9 janvier 2022.

https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010067016

Ferdinand-Philippe d’Orléans (1810-1842). Images d’un prince idéal

Du 18 juin au 24 octobre 2021, l’exposition du musée Ingres Bourdelle à Montauban, en partenariat avec le Louvre, propose de parcourir la vie du prince à travers près de 200 œuvres, depuis sa naissance en exil à Palerme, jusqu’à la veille de sa mort, à Paris.