Athéna dite "Pallas de Velletri" | Musée du Louvre | Paris

Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Athéna dite "Pallas de Velletri"

Œuvre Athéna dite "Pallas de Velletri"

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Statue d'Athéna dite Pallas de Velletri

© Musée du Louvre

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Marie-Bénédicte Astier

Cette statue colossale d'Athéna, trouvée à Velletri au XVIIIe siècle, reproduit une effigie de bronze, disparue, dont des répliques romaines et des fragments de moulages antiques découverts à Baïes près de Naples gardent le souvenir. Créé vers 430 avant J.-C., l'original est généralement attribué à Crésilas : le sculpteur crétois est l'auteur d'un portrait de Périclès dont une copie, conservée au British Museum, présente un visage ovale et une acuité des traits identiques à ceux de la déesse.

Histoire d'une découverte exceptionnelle : la Pallas de Velletri

Le restaurateur Vincenzo Pacetti découvre en 1797 une statue colossale de plus de 3 mètres de haut dans les ruines d'une villa romaine située près de Velletri, une petite ville italienne dont le nom désigne désormais un ensemble de répliques reproduisant le même type statuaire. L'œuvre représente la déesse Athéna (Pallas ou Minerve pour les Romains), que l'on reconnaît à son casque et à l'égide, sorte de cuirasse bordée de serpents et ornée au centre de la tête de la Gorgone Méduse. Rachetée par les commissaires français du Directoire et transportée à Rome, la statue est confisquée en 1798 par les armées napolitaines et emportée à Naples dans les collections royales. Le 28 mars de la même année, elle est attribuée à la France par le traité de Florence. Elle est exposée au Louvre à partir de décembre 1803.

Un écho d'une oeuvre de la fin du Ve siècle avant J.-C.

Cette œuvre monumentale reproduit une effigie de bronze de mêmes dimensions, aujourd'hui perdue, dont plusieurs répliques romaines gardent le souvenir. Des fragments de moulages antiques ont également été trouvés au cours des fouilles d'un atelier de copistes romains à Baïes près de Naples ; exécutés probablement à partir de l'œuvre originelle, ils confirmeraient les dimensions et la nature du matériau du prototype. Celui-ci a sans doute été créé durant l'époque classique, à la fin du Ve siècle avant J.-C. L'égide très réduite, la longue tunique à manches portée par la déesse et le manteau (himation) drapé sur les hanches, avec un grand pan triangulaire, sont caractéristiques de cette période. L'œuvre s'inscrit dans la mouvance des Athénas de Phidias - l'Athéna Parthénos, l'Athéna Promachos...- par l'attitude hiératique et solennelle de la déesse, ses attributs et le traitement du drapé.

Une création de Crésilas ?

L'original a parfois été identifié comme la statue de culte exécutée par Alcamène vers 430-420 avant J.-C. et placée à l'intérieur du temple d'Héphaïstos sur l'agora d'Athènes. Cependant, le traitement des traits du visage de la déesse invitent davantage à y reconnaître une création du sculpteur crétois Crésilas, actif sur l'Acropole d'Athènes à la fin du Ve siècle. L'ovale régulier du visage, souligné par l'acuité des arcades sourcilières, des yeux et du nez, est comparable à celui de Périclès dont le British Museum de Londres conserve le buste casqué. Ce portrait reproduit la statue du stratège réalisée, selon Pline l'Ancien (Histoire naturelle XXXIV, 25), vers 430 avant J.-C. par Crésilas. L'œuvre est citée encore au IIe siècle de notre ère par le voyageur Pausanias (Périégèse I, 28, 2) sur l'Acropole d'Athènes. La Pallas de Velletri apparaît donc comme une réplique romaine d'un original du maître crétois, mais il est difficile de préciser de quelle statue elle s'inspire, s'il s'agissait d'une statue de culte et pour quel bâtiment l'œuvre originelle était conçue.

Bibliographie

Papini M., Palazzo Braschi, la collezione di sculture antiche, 2000, p.36-42, fig.30.
Rolley Cl., La sculpture grecque, II. La période classique, Picard, Paris, 1999, p.138, fig.123.
Nocca M., Dalla vigna al Louvre : la Pallade di Velletri, Museo Studi e Ricerche 1, 1997.
Todisco L., Scultura greca del IV secolo. Maestri e scuole di statuairia tra classicità ed ellenismo, Milan, 1993, p. 39, fig. 5.
Neudecker (R.), Die skulpturen ausstattung roemischer villen in Italien, 1988, p.246, n 72-2.
Haskell Fr., Penny N., Pour l'amour de l'art antique : la statuaire gréco-romaine et le goût européen 1500-1900, Paris, 1988, p.306-309, n 148 (éd. anglaise, Taste and the antique : the lure of classical sculpture 1500-1900, New Haven, 1981).
Ridgway B.S., Fifth Century Styles, Princeton, 1981, p.176-177.
Harrison E.B., "Alkamenes' Sculptures for the Hephaisteion: Part I, the Cult Statues", American Journal of Archaeology 81, 2, 1977, p.150-155, fig.8, 15-16, 37, p.176, n 1.

Cartel

  • Athéna dite "Pallas de Velletri"

    Oeuvre romaine d'époque impériale (Ier siècle après J.-C. ?)

    Découverte en 1797 dans les ruines d'une villa romaine près de Velletri (Italie)

    Italie

  • Marbre de Paros, Ronde-bosse

    H. : 3,05 m.

  • Attribuée à la France par le traité de Florence du 28 mars 1801. Entrée au Louvre en décembre 1803.

    Inventaire MR 281 (n° usuel Ma 464)

  • Antiquités grecques, étrusques et romaines

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai, 8 mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet