Passe sanitaire

Dans le but de réduire les risques de transmission de la Covid-19, la présentation d’un passe sanitaire sera obligatoire pour accéder au musée du Louvre à partir du 21 juillet pour toutes les personnes de 18 ans et plus.

Aux quatre coins du mondePavillon des Sessions

illustration

Avec l’inauguration en 2000 du pavillon des Sessions, antenne du musée du Quai Branly – Jacques Chirac, le musée du Louvre s’ouvre aux arts de tous les continents. Pour un voyage artistique à travers les cultures d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques.

120 chefs-d’œuvre venus du monde entier

Dans les salles vastes et lumineuses du pavillon des Sessions, se côtoient sculptures africaines, vase maya, poteau de maison cérémonielle des îles Salomon, tête de statue de l’île de Pâques, masques de l’Arctique, et tant d’autres… Ici, l’architecture intérieure de Jean-Michel Wilmotte se veut sobre et épurée pour mettre en valeur la diversité des formes et des matériaux.

« Les Chefs-d’œuvre naissent libres et égaux »

L’installation au Louvre des arts d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques sont l’aboutissement d’un long processus. Ils ont fait une première entrée au Louvre en 1827 lorsque le roi Charles X crée le musée de Marine et d’Ethnographie. Les œuvres exposées fascinent le public et le musée connaît un grand succès. Mais, si les civilisations non-occidentales suscitent l’intérêt, rares sont alors les personnes qui reconnaissent une valeur artistique à ces collections. En 1905, les œuvres sont dispersées dans plusieurs musées. Elles quittent le Louvre.

Progressivement, et grâce à des artistes comme Pablo Picasso, ces pièces vont acquérir peu à peu le statut d’œuvres d’art. Dès 1909, le poète Guillaume Apollinaire souhaite que le Louvre accueille de nouveaux ces chefs-d’œuvre « dont l’aspect n’est pas moins émouvant que celui des beaux spécimens de la statuaire occidentale ».

Au fil du 20e siècle, l’idée fait son chemin. Enfin, en 1990, Jacques Kerchache, grand spécialiste des cultures extra-occidentales, publie un manifeste signé de 300 artistes, philosophes, anthropologues et historiens d’art : Les Chefs-d’œuvre naissent libres et égaux. Il réclame la création au Louvre d’un département consacré aux arts d’Afrique, d’Océanie, des Amériques et d’Insulinde qu’il regroupe sous l’appellation Arts premiers.

illustration
Salle des arts d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amériques Salle 427, Aile Denon, Niveau 0

Le pavillon des Sessions

En 1996, le président de la République Jacques Chirac annonce la création d’un musée qui regroupera les deux collections françaises d’arts premiers : celle du musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie, et celle du musée de l’Homme. C’est la naissance du musée du quai Branly. Il doit donner leur juste place à des cultures et des civilisations trop longtemps méconnues des occidentaux. Jacques Chirac décide aussi de présenter une sélection de chefs-d’œuvre de ces collections au Louvre.

Pour exposer ces 120 chefs-d'œuvre, on choisit le pavillon des Sessions. Ce dernier a été construit sous le Second Empire par Hector Lefuel pour accueillir les sessions parlementaires. Les arts de tous les continents sont maintenant représentés dans ce musée universel.

Le saviez-vous ?

Gou, dieu du fer et de la guerre

illustration
Ekplékendo Akati, sculpture dédiée à Gou Salle 424, Aile Denon, Niveau 0

Moai, la statue de l’île de Pâques

Tête monumentale (moai) de l'île de Pâques Salle 429, Aile Denon, Niveau 0

Galerie d'œuvres

Les chefs-d’œuvre du musée du quai Branly-Jacques Chirac présentés dans le Pavillon des Sessions :

  • Sculpture anthropomorphe "Trrou Körrou" (dite l'homme bleu)

1 sur 10

Pour aller plus loin

Découvrir aussi