Musée fermé

Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du Covid-19, le musée du Louvre et le musée national Eugène-Delacroix sont fermés jusqu'à nouvel ordre. Les visiteurs ayant acheté un billet pour cette période seront remboursés automatiquement. Aucune démarche n’est nécessaire.

Les vases grecs du marquis CampanaGalerie Campana

illustration
La Galerie Campana Salle 652, Aile Sully, Niveau 1

Dans cette longue enfilade, des milliers de vases, de coupes, de récipients de toutes formes. Cette galerie d’étude offre un panorama très complet de la céramique grecque antique. Elle porte le nom du collectionneur qui a réuni la plupart de ces objets, un personnage haut en couleurs : le marquis Giampietro Campana.

Une collection coûteuse 

Le marquis Giampietro Campana (1807-1880) avait réuni l’une des plus importantes collections privées d’Europe. Elle comprenait des milliers d’objets antiques, mais aussi de nombreuses œuvres italiennes de différentes époques. En effet, le marquis Campana voulait constituer un ensemble représentatif de la production artistique de toute l’Italie. Dès le début, il achète de très nombreuses œuvres, et va jusqu’à organiser lui-même des fouilles archéologiques.

Mais cette passion a un coût auquel ni sa fortune, ni ses revenus de directeur du Mont-de-Piété à Rome ne résistent. En 1857, le marquis Campana est arrêté pour malversations financières. Sa collection, confisquée, est mise en vente. De nombreux amateurs viennent de toute l’Europe, dont le tsar Alexandre II et l’empereur Napoléon III. Ce dernier achète sur ses fonds personnels la majeure partie de la collection : des milliers d’œuvres antiques et des centaines de peintures italiennes. L’empereur les fait exposer dans les musées français, et notamment au Louvre et au Petit Palais d’Avignon.

Un aménagement du 19e siècle

Avant d’accueillir la collection Campana, ces salles sont déjà des espaces d’exposition depuis 1819. En ce début de 19e siècle, les collections du Louvre s’agrandissent au fil des fouilles archéologiques et des acquisitions, et de nouvelles sections s’ouvrent un peu partout dans le palais, comme la galerie d’Angoulême ou le musée Charles-X. Ce sont les heures de gloires des architectes Charles Percier et Pierre Fontaine qui sont de tous les chantiers, y compris de celui-ci. 

Plus tard, lorsque Napoléon III achète une grande partie de la collection Campana en 1861, c’est dans cette galerie qu’il décide de l’exposer. Il demande à son architecte Hector Lefuel un nouveau décor.

illustration
La Galerie Campana salle 652, Aile Sully, Niveau 1

Des plafonds chargés d’histoire

Lefuel choisit de conserver les plafonds peints entre 1828 et 1833. Leur thématique générale s’adapte à la nouvelle fonction de la galerie : le mécénat des rois de France. On y voit les souverains les plus célèbres représentés en protecteurs des arts : Charlemagne, Louis XII, François Ier, Henri IV, Louis XIII, Louis XIV… et même le général Bonaparte avec L’Expédition d’Égypte qui évoque la campagne militaire, mais aussi les recherches scientifiques et artistiques.

illustration
Léon Cogniet, Expédition d'Égypte sous les ordres de Bonaparte, plafond peint Salle 651, Aile Sully, Niveau 1

Une galerie d’étude de la céramique grecque 

Depuis l’achat de la collection du marquis, la galerie Campana, enrichie de nouvelles acquisitions, est restée à l’image de ce qu’avait voulu le collectionneur : une galerie très complète de la céramique grecque, constituée d’une salle thématique d’introduction sur le vase grec, de salles d’étude et d’un parcours chronologique, du 9e au 1er siècle avant J.-C. On y trouve des exemplaires de tous les styles, de toutes les époques et de tous les centres de production. Une véritable encyclopédie !

Les vases exposés témoignent de progrès techniques : l’utilisation du tour de potier, notamment du tour rapide, permet de créer des formes régulières. Grâce au perfectionnement des fours, la cuisson est mieux maîtrisée. Les potiers parviennent ainsi à obtenir ces noirs intenses qui ont fait la gloire de la céramique grecque. Les décors connaissent eux aussi d’importantes évolutions : d’abord géométriques, ils se peuplent peu à peu de figures animales puis humaines, jusqu’à devenir de véritables scènes, racontant des mythes, des scènes de combats ou de la vie quotidienne.

illustration
Vitrine - céramiques à figures noires salle 653, Aile Sully, Niveau 1

Le saviez-vous ?

À quelques détails près...

illustration
François Joseph Heim, Mort de Léonard de Vinci, décor "la Renaissance des Arts", plafond de la salle 655 de la Galerie Campana

Chefs-d'œuvre de la céramique grecque

  • illustration

    Cratère géométrique attique

1 sur 12

Le saviez-vous ?

Figures noires et figures rouges

illustration
Cratère en calice attique à figures rouges dit « Cratère des Niobides » Salle 407, Aile Denon, Niveau 0

Le visage d’Europe

illustration
Peintre de l’Ilioupersis, Cratère en cloche à figures rouges : Europe et Zeus Salle 651, Aile Sully, Niveau 1

Découvrir aussi