Barthélémy Toguo, Le Pilier des migrants disparus

Art contemporain

Posté le 21 septembre 2022

Dans le cadre de l’exposition Les Choses, une histoire de la nature morte qui se tiendra du 12 octobre 2022 au 23 janvier 2023 et conçue par l’historienne de l’art Laurence Bertrand Dorléac, le musée accueille sous sa Pyramide Le Pilier des migrants disparus, une œuvre monumentale de l’artiste Barthélémy Toguo.

La colonne centrale sous la Pyramide de Ieoh Ming Pei était destinée dès l’origine à recevoir une sculpture monumentale, afin de signaler, par une œuvre d’art, l’entrée dans le musée. La dernière installation date de 2018 avec l’œuvre Throne de Kohei Nawa. En 2022, dans le cadre de l’exposition Les Choses, Barthélémy Toguo élève sous le Belvédère Le Pilier des migrants disparus.

Un regard renouvelé sur les objets et leur représentation

Les grands ballots colorés en tissus africains de Barthélémy Toguo sont magnifiques mais sa longue cordée de bagages improvisés avec des matériaux de fortune nous invite aussi à réfléchir à l'exil. Ce n'est pas la première fois qu'il a fabriqué de tels objets : nous les retrouvons en surcharge sur un bateau ou sur une chaise monumentale dans ses œuvres plus anciennes. Ils sont imaginés pour l'exposition sur Les Choses, une histoire de la nature morte sous la Pyramide du Louvre et dans ce musée historique, ils sont d'autant plus frappants de simplicité.

illustration
Barthélémy Toguo, Le pilier des migrants disparus (vue détaillée)

Ils nous rappellent à leur façon ce que devient au quotidien notre histoire contemporaine traversée de tous les déplacements forcés des réfugiés du monde qui tentent le voyage vers un monde habitable au péril de leur vie. Souvenir plus lointain de la traite et de l’esclavage ? Ils sont en tout cas les signes de toutes les trajectoires périlleuses d'hommes, de femmes et d'enfants qui fuient les guerres, la famine, la misère et les catastrophes écologiques. La Pyramide du Louvre devient l'écrin de verre où flottent ces ballots sans leurs maîtres auxquels on songera forcément. Accrochés autour d'un mât souple, ils forment une échelle de sauvetage que l'artiste veut opposer au cauchemar de l'histoire dont il ne peut se réveiller.

Artiste de la beauté de l’émotion et de l’engagement

Barthélémy Toguo a l'art de concilier beauté, émotion et engagement. Artiste camerounais, il est passé par les écoles des Beaux-Arts d'Abidjan, de Grenoble et par la Kunstakademie de Düsseldorf avant de vivre entre Paris et Bandjoun Station, où il encourage d'autres modes d'existence, le dialogue entre les arts du Nord et du Sud, le don de celles et de ceux qui veulent redonner au continent africain ce qui lui a régulièrement été volé. S'il ne veut pas nier la dimension politique de son art, il ne cherche pas à donner des leçons mais une nouvelle forme sensible au monde tel qu'il nous touche et nous révolte.

Un texte rédigé par l’historienne de l’art Laurence Bertrand Dorléac


L'œuvre de Barthélémy Toguo, Le Pilier des migrants disparus, est visible jusqu'au 23 janvier 2023 sous Pyramide.

Elle a été réalisé avec le soutien de HdM GALLERY et Laurent Dassault.

 Partager cet article

Vous aimerez aussi

Champollion : La voie des hiéroglyphes

Du 28 septembre 2022 au 16 janvier 2023, à l’occasion du 200ème anniversaire du déchiffrement des hiéroglyphes et pour célébrer son 10ème anniversaire le Louvre-Lens organise une grande exposition : Champollion la voie des hiéroglyphes.

À la découverte des métiers d’art du Louvre

À l’occasion des Journées européennes du Patrimoine, le Louvre dévoile ses métiers d’excellence. Des visites guidées exceptionnelles permettront de découvrir le travail des artisans d’art qui œuvrent au cœur même du musée.

Un colosse d’Arabie

Depuis le 7 septembre 2022, La Commission Royale pour AlUla (RCU) fait bénéficier, le département des Antiquités orientales du musée, d’un remarquable dépôt de statue colossale de grès rouge d’al-Ulâ.