Passe sanitaire

Dans le but de réduire les risques de transmission de la Covid-19, la présentation d’un passe sanitaire sera obligatoire pour accéder au musée du Louvre à partir du 21 juillet pour toutes les personnes de 18 ans et plus.

Le Louvre en France et dans le mondeLe Louvre en France et dans le monde | Les partenariats en région

Le Louvre en France et dans le monde | Les partenariats en région (6)Affichage : Les partenariats en région

Les partenariats en région

Dès son ouverture en 1793, le Louvre a été conçu comme un « musée des musées », au service de l’ensemble du territoire. Depuis lors, le Louvre se montre généreux à travers ses prêts, ses dépôts, ses expositions ou des partenariats afin d’aider des musées territoriaux à compléter des fonds, à proposer des expositions temporaires ou à renouveler leur programme muséographique. Il y a aujourd’hui presque autant d’œuvres du Louvre exposées dans les murs du Palais à Paris (35 000) que dans les musées de région. Le Louvre se place ainsi au service de tous les territoires et musées de France 


Politique de dépôts

Le Louvre est plus que tout autre musée ancré dans l’ensemble du territoire français à travers une politique de dépôts successifs et continus depuis le 19è siècle auprès des musées de France. Les partenaires historiques, liés au Louvre depuis les envois du 19e siècle, restent bien sûr des partenaires essentiels, de même que des institutions comme le Petit Palais d’Avignon et le musée Bonnat dont les collections sont liées étroitement au Louvre, mais il s’est positionné depuis quelques années au service de tous les territoires, et renforce sa position de partenaire privilégié des musées de France dans ses domaines de compétences.


Action territoriale et projets hors-les-murs

La qualité scientifique et culturelle ainsi que les liens entre collections du Louvre et des musées de région sont les critères prioritaires qui guident le choix des projets à engager mais il s’agit également de définir une action territoriale plus cohérente et plus visible, comme une vision géographique plus équilibrée. Le développement de projets en Outre-mer, à l’Ile de la Réunion, dans l’Ouest, comme à Bordeaux ou dans l’Est, comme à Nancy à Vic-sur Seil ou encore à Strasbourg, répond à cet objectif.

Le musée du Louvre cherche aussi à favoriser les collaborations avec les musées porteurs de nouveaux projets scientifiques et culturels, avec des partenaires soutenus par les Directions régionales des affaires culturelles (DRAC) ou encore avec les musées qui ont des projets de rénovation. Les réouvertures des musées de Nantes, de Montauban, d’Amiens, de Besançon, de Dijon ou du musée Girodet de Montargis ont ainsi bénéficié récemment du concours actif du musée du Louvre.

Les expositions de la Petite Galerie bénéficient aussi d’itinérances en France (à Saint-Romain en Gal, à Pau, à Amiens…), conçues en lien avec les différents musées pour toucher un large public. L’itinérance de la Galerie Tactile, coproduite avec le Musée Fabre de Montpellier, en est un autre exemple. 

Les travaux scientifiques en réseaux, plus informels, sont une autre modalité de l’action territoriale. Ainsi, la mise en place du réseau d’Art Islamique (RAIF) l’année dernière, coordonné par le département des Arts de l’Islam du Louvre, a vocation à accompagner la connaissance et la valorisation du patrimoine national d’art islamique en région.

L’investissement du Musée National Eugène Delacroix dans l’animation du réseau des lieux  labélisés « maison des illustres » et dans une programmation qui itinère en région comme à Montargis cette année permet également au Louvre de s’investir dans la dynamisation des politiques territoriales portées par le ministère.