Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Cratère à colonnettes corinthien

Œuvre Cratère à colonnettes corinthien

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art grec archaïque (du VIIe au VIe siècle av. J.-C.)

Cratère à colonnettes

© 1988 RMN / Les frères Chuzeville

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art grec archaïque (du VIIe au VIe siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Sophie Padel-Imbaud

Le répertoire figuré de ce grand vase, consacré comme c'est fréquent à des scènes de banquet, de combat et de course à cheval, se distingue par ses qualités décoratives, comme l'équilibre entre figures noires, dessin au trait et rehaut rouge, mais aussi par son intention narrative. Les noms des personnages, dont celui d'Héraclès, évoquent la compétition remportée par le héros pour la main d'Iole, fille d'Eurytios, ainsi que le conflit qui suivra le banquet et aboutira au meurtre d'Iphitos.

L'apparition du cratère à colonnettes

La production de la céramique corinthienne (625-540 av. J.-C.) se divise en deux catégories de vases. D'une part, la série très nombreuse des petits vases à parfum qui prolonge la tradition orientalisante et d'autre part une série plus créative et plus limitée en nombre, celle des grands vases présentant un décor figuré.
Ces vases apparaissent à la fin du corinthien ancien, vers 600 av. J.-C. et coïncident avec la création d'une nouvelle forme, le cratère à colonnettes qui sera produit en masse dans la première moitié du VIe siècle av. J.-C..
Le cratère d'Eurytios est considéré comme le plus ancien représentant de cette forme. Il doit son nom à l'aspect particulier des anses qui se présentent comme de petites colonnes soutenant les plaquettes de l'embouchure.

Un banquet mythologique

Ce vase trouvé en Étrurie, à Cerveteri, témoigne du goût des Étrusques pour les thèmes aristocratiques : le banquet, les combats d'hoplites et les courses de chevaux.
Le banquet représenté sur la face principale n'est pas anonyme. Il évoque, par le biais des inscriptions, une aventure mineure du cycle d'Héraclès. Après ses travaux pour Eurysthée, le héros se rendit chez le roi Eurytos qui avait organisé un concours de tir à l'arc dont le prix était la main de sa fille Iole. Héraclès sortit vainqueur de l'épreuve mais une dispute s'ensuivit et il finit par tuer un des fils du roi, Iphitos.
Le peintre a préféré représenter la scène qui précède le drame : tous les protagonistes de l'histoire sont réunis lors d'un banquet. Héraclès, que rien ne distingue des autres convives en dehors de ses cheveux courts, est placé à l'extrême droite. Il semble converser avec son voisin, Iphitos, tandis qu'Eurytos est tourné vers les autres convives.
S'il n'y avait la présence des inscriptions et d'Iole, il aurait pu s'agir de n'importe quel banquet aristocratique, réunion d'hommes, à demi allongés sur des lits placés derrière des tables basses chargées de mets et de vin.

Un vase exceptionnel

Ce vase est exceptionnel par ses dimensions imposantes et par le soin particulier apporté à son décor.
On est tout d'abord fasciné par la précision des incisions ainsi que par les jeux de contrastes entre les figures noires, les larges plages de rehauts rouges foncés et l'argile très claire caractéristique de la production corinthienne. Mais le plus frappant est certainement le caractère narratif du vase avec ses nombreuses scènes figurées : le banquet d'Eurytos sur la face A, plusieurs duels d'hoplites sur la face B, une course de cheval qui occupe tout le registre inférieur du vase, soulignant la forme de ce dernier et surtout les deux saynètes peintes sous les anses. L'une montre les préparatifs du banquet avec deux serviteurs qui font cuire de la viande ; l'autre évoque un épisode de la guerre de Troie. Il s'agit d'une des plus anciennes représentations du suicide d'Ajax, planté sur son épée, en présence d'Ulysse et de Diomède.

Bibliographie

- DENOYELLE  Martine, Chefs-d'oeuvre de la céramique grecque dans les collections du Louvre, 1994, p. 38, n 14.

- CARPENTER .H., Les mythes dans l'art grec, 1997, p. 131, fig. 221.

Cartel

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai, 8 mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet

Informations complémentaires

Inscriptions rétrogrades en alphabet corinthien, nom des personnages : Toxos, Klytios, Didaion, Eurytios, Iphitos, Iole, Herakles, ..om..es (Diomède), Aias (Ajax), Odyseus (Ulysse).