Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Momie d'homme

Œuvre Momie d'homme

Département des Antiquités égyptiennes : Croyances religieuses et funéraires

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Momie recouverte de ses "cartonnages"

© 1998 Musée du Louvre / Etienne Revault

Antiquités égyptiennes
Croyances religieuses et funéraires

Auteur(s) :
Patricia Rigault

Cette momie, très bien conservée, est celle d'un homme qui vivait à l'époque ptolémaïque. Selon les usages de cette période, le corps du défunt est soigneusement enveloppé dans des bandelettes de lin dont la disposition atteint, notamment au niveau du visage, une grande qualité artistique. Il est recouvert d'un cartonnage composé de plusieurs éléments : un masque qui couvre la tête, un large collier posé sur la poitrine, un tablier déployé sur ses jambes et enfin, une enveloppe pour les pieds.

Le décor du cartonnage

Cette momie est, d'après les résultats d'un examen radiographique, celle d'un homme adulte. Son nom, écrit de façon hâtive, pourrait se lire Pachéry ou bien Nenou : sa lecture pose encore quelques problèmes. Son visage est recouvert d'un masque aux traits harmonieux au sommet duquel est représenté un scarabée ailé, symbole de renaissance. Le large collier ousekh qui couvre sa poitrine est constitué de plusieurs rangs de perles et comporte des fermoirs en forme de tête de faucon. Sur le tablier qui couvre son corps prennent place diverses scènes réparties en registres. On peut notamment voir la momie allongée sur un lit entouré des déesses Isis et Nephthys et des quatre fils d'Horus. Enfin sur la boîte à pieds prennent place deux représentations du dieu funéraire Anubis. Les textes énumèrent les noms de tous les dieux présents auxquels le défunt confie sa destinée, appelant de tous ses voeux un bel enterrement dans la nécropole.

Un corps préservé pour l'éternité

En Egypte ancienne, tout le monde n'a pas accès aux pratiques funéraires garantissant une survie éternelle et beaucoup doivent se contenter d'une simple fosse creusée dans le désert et de quelques modestes offrandes. Pour les plus chanceux, la préservation du corps est un gage supplémentaire de survie dans l'autre monde. Celui-ci offre un nouveau support aux divers éléments constituant son être vivant dispersés au moment du décès. Si les premières momies ne sont guère plus que des corps enveloppés dans des bandes de lin imprégnées de résine, les méthodes ne tarderont pas à évoluer et seront réellement au point à partir du Nouvel Empire. Le nombre de momies augmentant beaucoup par la suite, leur qualité aura tendance à décroître. Cependant, celles de l'époque gréco-romaine sont souvent remarquables par l'arrangement très subtil de leurs bandelettes. Selon les époques, la momie pouvait être recouverte d'un vêtement, d'une résille de perles, d'un masque, d'une planche décorée en bois ou d'un cartonnage. A l'époque Ptolémaïque, ce sont différents éléments en cartonnage qui sont installés sur la momie avant qu'elle ne soit déposée dans son cercueil.

Un témoignage tardif : Hérodote

L'historien Hérodote qui a visité l'Egypte vers 450 avant J.-C. nous a laissé une description très détaillée des opérations de momification. Il rapporte notamment que trois types de traitement du corps étaient proposés, variant en qualité et bien sûr en prix. Le plus élaboré comportait l'enlèvement du cerveau et des viscères susceptibles de se corrompre. Ces derniers étaient momifiés à part et conservés dans des vases dits canopes. L'intérieur du corps était ensuite lavé avec du vin de palme, puis de la myrrhe broyée et divers aromates y étaient déposés. Le corps était ensuite recouvert de natron, pendant soixante dix jours en principe, afin d'en accélérer la déshydratation. A l'issue de ce traitement, il était entouré de bandelettes de lin imprégnées de résine entre lesquelles les prêtres prenaient soin de glisser de nombreuses amulettes protectrices.

Cartel

  • Momie recouverte de ses "cartonnages"

    époque ptolémaïque, IIIe - IIe siècle avant J.-C.

  • Lin, tissus de lins enduits et peints ("cartonnages")

    H.: 166 cm.

  • N 2627

  • Antiquités égyptiennes

    Aile Sully
    Rez-de-chaussée
    La momie
    Salle 322
    Vitrine 1 : L'embaumement

Informations pratiques

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai, 8 mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Entrez au musée en moins de 30 minutes
en achetant votre billet en ligne :

Achetez votre billet