Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Naïade

Naïade

© 2007 Musée du Louvre / Martine Beck-Coppola

Objets d'art
XVIIIe siècle : le rococo

Auteur(s) :
Muriel Barbier

La figure de Naïade conservée au musée du Louvre, très colorée, est l’une des premières réalisations du peintre Charles-Nicolas Dodin (1734-1803) à la manufacture de Vincennes-Sèvres. Elle est, en outre, sa seule œuvre sculptée émaillée et dorée connue aujourd’hui. Emblématique d’une production très influencée par les œuvres de la manufacture de Meissen en Saxe, elle semble avoir été vendue par un marchand mercier à un autre qui confia la monture de bronze à Jean-Claude Duplessis.

L'influence de Meissen

Ce groupe de porcelaine réalisé à la manufacture de Vincennes (fondée en 1740) est composé d’une femme assise sur un rocher, la main gauche tenant une urne renversée. Sa tête est ceinte de roseaux verts et elle porte une robe blanche à rayures verticales et fleurettes d’or. À sa droite se trouve un palmier en bronze doré fixé sur un rocher. De multiples rochers et des petites plantes polychromes couvrent la composition complétée par un lézard en bronze doré au pied de la figure féminine. La pose de la Naïade est très proche de celle des femmes qui ornent les candélabres créés à Meissen, en Saxe, pour le Service du couronnement de Frédéric-Auguste II par Johann Joachim Kaendler vers 1736. De plus cette composition pyramidale à la polychromie très vive dévoile l’influence de Meissen. La clientèle française appréciait énormément les œuvres de Meissen et dépensait beaucoup pour en importer en France, c’est pourquoi Vincennes produisit des œuvres proches de Meissen au départ.

L'une des premières œuvres de Charles-Nicolas Dodin

La Naïade porte au revers la signature du peintre Charles-Nicolas Dodin, faite de la lettre K. Dodin fut actif à Vincennes puis à Sèvres très longtemps puisqu’il y travailla de 1754 jusqu’à sa mort en 1803. Dodin signa les œuvres parmi les plus célèbres réalisées à Sèvres. La Naïade du Louvre fait partie de ses premières créations. La finesse et la vivacité des couleurs annoncent la virtuosité de ce peintre, mise à profit, ici, d’une sculpture. Outre sa robe rayée, la naïade est vêtue d’un manteau bleu au revers jaune. Le socle, fait d’un amoncellement de rochers, arbore des couleurs oscillant entre le gris, le brun, le violet et le jaune. Il est enrichi de plantes peintes au naturel ou en relief.

Une origine hypothétique

Ce groupe a probablement été vendu en 1757 par le marchand mercier Lazare Duvaux à son collègue le marchand Hébert qui l’aurait fait monter en bronze. Cette monture est l’œuvre du bronzier Jean-Claude Duplessis (vers 1695-1774). Il s’agit d’un socle chantourné orné de motifs de rocailles asymétriques en bronze ciselé et doré. D’après le catalogue d’une vente de 1841, le groupe proviendrait du château de Trianon et est décrit comme une représentation de l’Asie. Sans autre preuve cette provenance ne peut être qu’une hypothèse. Quelle que soit son origine la Naïade demeure emblématique de la volonté à Vincennes de copier la « porcelaine façon de Saxe » mais aussi de l’importance des montures en bronze réalisées à la demande des marchands.

Bibliographie

- Un défi au goût : 50 ans de création à la manufacture royale de Sèvres, 1740-1793, Paris, Editions de la Réunion des musées nationaux, 1997, p. 73.

Cartel

  • Manufacture de Vincennes

    Naïade

    1756

    Marque de Dodin

  • Porcelaine tendre, rehauts d'or, bronze doré

    H. : 30 cm. ; L. : 52 cm. ; l. : 42 cm.

  • Th 693

  • Objets d'art

Informations pratiques

Conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la propagation du virus Covid-19, le musée du Louvre et le musée national Eugène-Delacroix sont fermés jusqu'à nouvel ordre.

Les visiteurs ayant acheté un billet pour cette période seront remboursés automatiquement. Aucune démarche n’est nécessaire.

Le jardin des Tuileries et le jardin du Carrousel sont ouverts.

Retrouvez sur cette page toutes les informations liées à la situation sanitaire.

Nous vous remercions de votre compréhension. 

Informations complémentaires

Marques peintes en or : deux L entrelacés et lettre-date D [1756]Signature : K [Charles-Nicolas Dodin]