Charles Berberian au Louvre !

BD

Posté le 9 juin 2021

Cette année, le Louvre a invité l’auteur de bande-dessinée Charles Berberian pour le 20e album de la collection, coéditée avec Futuropolis. Sorti le 9 juin 2021, Les Amants de Shamhat entraine les lecteurs dans l’épopée de Gilgamesh, roi d’Uruk, dans les paysages fascinants de Mésopotamie. Interview.

Comment est née votre collaboration avec le musée du Louvre ? 

C.B : « Cela a démarré avec le hors-série Fluide Glacial spécial Louvre*. J’y ai participé à l’invitation de Fabrice Douar, l’éditeur du musée en charge de la bande-dessinée. J’avais choisi de faire 4 pages autour du personnage d’Ebih-Il.  Lors d’une visite au musée, je suis tombé sur cette statuette qui m’avait beaucoup frappé par sa beauté, sa simplicité.  C’est à la suite de la parution de ce hors-série que le Louvre m’a proposé de continuer. Et j’en avais très envie. » 
 

Quels ont été vos choix graphiques ?

 C.B : « Je savais que graphiquement je ne voulais pas aller dans trop de détails. Je voulais quelque chose à l’opposé de ce que Jacques Martin fait dans les Aventures d’Alix. Que j’aime beaucoup par ailleurs ! J’ai aussi trouvé en dessinant une technique d'encrage qui évoque la pierre, le côté aride et sec de la Mésopotamie. Ça rejoint mes souvenirs d’enfance en Irak. J’ai dessiné à la tablette. Ça me faisait rire que ce soit le même mot que les tablettes qu’on voit au Louvre et qui m’ont inspiré. » 
 

« Ça rejoint mes souvenirs d’enfance en Irak »Charles Berberian

Avec quelles sources avez-vous travaillé ?

 C.B : « Il n’y a pas d’images de la vie quotidienne à cette époque bien sûr. Les reconstitutions qui me semblaient sérieuses je les ai trouvées justement dans les bandes dessinées et livres de Jacques Martin. Je donne d’ailleurs la liste des ouvrages à la fin de ma BD. Mais je voulais aller à rebours de ce style très classique pour me tourner vers une expression graphique beaucoup plus libre, comme par exemple le Satyricon de Fellini et le Péplum de Blutch. »
 

illustration
Les Amants de Shamhat

Comment avez-vous travaillé sur cette histoire de Gilgamesh qui se passe en Mésopotamie ? 

C.B : « Fabrice m’a donné rendez-vous au Louvre et m’a donné plein de livres très volumineux sur Babylone. J’en ai même eu mal au dos ! Mais j'ai vraiment développé ma version de Gilgamesh, roi d’Uruk. Je voulais aussi me rapprocher des personnages, surtout d’Ebih-Il, petite statuette qui a été trouvée en Syrie mais je l’ai fait naitre à Ugarit, sur la côte méditerranéenne au Liban où est né mon père. A 27 ans, il s'est retrouvé à Bagdad pour gagner sa vie. Ça m’a amusé de donner à Ebih-il le même parcours que mon père, de la méditerranée à l’Irak. »
 

Finalement vous avez mis aussi de vous dans cet album ?

C.B : « Il le fallait pour leur donner vie, pour les rendre crédibles. J’avais besoin de mettre un peu de sang dans cet univers de pierre. Je voulais raconter l’histoire avant la légende. » 


*Hors-série sorti en 2018.

illustration
Les Amants de Shamhat. La véritable histoire de Gilgamesh

Les Amants de Shamhat. La véritable histoire de Gilgamesh. 
Un récit écrit et dessiné par Charles Berberian
128 pages en couleur. Prix de vente 20 €


Pour aller plus loin 

Voir tout le programme du week-end BD les 11 & 12 juin 2021 pour les 15 ans de la collaboration avec les Editions Futuropolis. 
 

Vous aimerez aussi

Absolutely Bizarre ! Les drôles d’histoires de l’École de Bristol (1800-1840)

Dans le cadre de l’année britannique, le musée des Beaux-Arts de Bordeaux présente deux expositions : « British Stories » au musée, jusqu'au 19 septembre, puis « Absolutely Bizarre ! » à la Galerie des Beaux-Arts, du 10 juin au 17 octobre 2021. Elles mettent à l’honneur la peinture britannique, encore méconnue en France, tout en rendant hommage aux relations historiques entre la Grande-Bretagne et l’Aquitaine.

Il y a quinze ans, la BD entrait au Louvre…

En 2005, les éditions du Louvre, associées à Futuropolis, lançaient une collection de bandes dessinées, aujourd’hui riche de vingt ouvrages. Les auteurs, belges, français, hongkongais, japonais et taïwanais, se sont librement inspirés du musée – de ses collections, de ses espaces publics ou privés – pour le réinventer au gré de leurs univers graphiques.

L’empereur romain. Un mortel parmi les dieux

Du 13 mai au 19 septembre 2021, le musée de la romanité de Nîmes, en collaboration avec le musée du Louvre, organise une exposition inédite sur le culte impérial, thème majeur de l’histoire romaine pourtant méconnu du grand public.