Luc Tuymans et l’éphémère orphelin du Louvre

Création

Le 3 juin 2024

De Twombly à Morellet en passant par Anselm Kiefer, il est courant d’évoquer la présence des artistes contemporains au Louvre sous l’angle des « œuvres pérennes » conçues pour le musée. Pour répondre à ses commandes, les uns et les autres l’ont marqué, au plus profond de sa chair, en investissant ses murs ou ses plafonds. 

Dialoguant avec le caractère in situ et monumental de ces illustres prédécesseurs, Luc Tuymans a peint quatre panneaux, de plus de 4 mètres, à la jonction des ailes Sully et Richelieu. Avec L’Orphelin, « la peinture revient au Louvre » résume Donatien Grau, conseiller pour les programmes contemporains. Mais si elle revient au Louvre, c’est pour mettre en scène sa disparition : la fresque sera intégralement recouverte en mai 2025. 

Des pixels aux pigments

Trois des quatre panneaux installés dans la rotonde Valentin de Boulogne renvoient aux images d’une vidéo, glanée en ligne, montrant un peintre en train de nettoyer sa palette. Tuymans y voit un écoulement sanguinolant, une scène de crime sur le point d’être dissimulée. Par son échelle imposante, L’Orphelin « regarde » ainsi du côté de la peinture d’histoire dont il rend les fixes violences abstraites. 

Si la palette représente l’outil le plus partagé des peintres, elle désigne aussi la singularité d’un artiste (« sa palette »). Le motif opère ici comme une référence au passé du Louvre, jadis atelier des peintres parisiens.

Récemment encore, la rotonde (dont l’architecture octogonale rappelle la forme même d’une palette) accueillait Les quatre saisons de Poussin. Dans cet espace circulaire, les successions climatiques de son cycle résonnent avec les « boucles algorithmiques » du net auxquelles Tuymans « arrache » les images qui composent son œuvre. La rotonde semble désormais métamorphosée en un diorama non figuratif. 

Des pixels aux pigments, les images contemporaines dont il use sont revues et corrigées par le temps long de l’art : L’Orphelin nous fait revoir la palette comme la table rase des avant-gardes, un espace d’alchimie surréaliste où la couleur devient sang, un lieu de l’effacement minimaliste auquel Tuymans promet aussi son œuvre l’année prochaine.

 

Logiques de la disparition 

On pourrait voir dans cette absence un clin d’œil aux fantômes qui hantent le musée : une fois recouverte, l’œuvre de Tuymans sera toujours présente mais sans cesse invisible. 

Ses palettes – orpheline de pinceau comme de toiles – jouxtent un panneau figurant une œuvre, perdue par l’artiste, réalisée en 1990. Le petit tableau disparu (35/40cm) figurait l’arrière de la tête d’une poupée créée par l’artiste allemande Käthe Kruse. Par cette citation-copie, Tuymans ne joue-t-il pas aussi avec l’imaginaire des copistes du Louvre immortalisés par Hubert Robert ? Et dans le « zoom » opéré sur la nuque du poupon (comme par le titre de l’œuvre) comment ne pas penser à la désarmante frontalité de la Jeune orpheline au cimetière (1824) dont Delacroix dirige aussi le regard hors champ ?

Si la taille réduite du tableau perdu rendait le fragment d’un corps, sa monumentalité actuelle convoque d’autres imaginaires politiques du Louvre.  Et Tuymans de souligner : « Il y a aussi dans cette image un élément important : la tête est comme décapitée. On ne peut pas oublier ce qu’a dit Georges Bataille sur le Louvre, c’est finalement avec l’emploi de la guillotine que ce lieu est devenu public. » 

Dans l’échafaud de la rotonde, le peintre place les visiteurs dans ce point de bascule où les fils qui lient l’image à la peinture, le détail au monument, une œuvre à son absence, menacent de se rompre.


Retrouvez L'Orphelin par Luc Tuymans du 22 mai 2024 au 26 mai 2025 dans la Rotonde Valentin de Boulogne du musée du Louvre. 

 

 Partager cet article

Vous aimerez aussi

"Longtemps, des foules considérables se sont déplacées aux Tuileries pour assister à des évènements sportifs"

A voir ses carrés de pelouse bien entretenus, ses jolis massifs de fleurs et ses œuvres d’art, on peine à imaginer que le jardin des Tuileries fut un haut lieu du sport. C’est pourtant ce qu’Emmanuelle Héran, conservatrice en chef chargée des collections des jardins, a découvert à l’issue de minutieuses recherches. Retour sur un aspect méconnu de l’histoire du jardin.

La salle du trône de Louis XVIII aux Tuileries

Grâce à un prêt exceptionnel du Mobilier national, le département des Objets d’art consacre une salle à la présentation du mobilier de la salle du trône de Louis XVIII au palais des Tuileries. Rencontre avec Anne Dion, conservatrice générale, adjointe au directeur du département des Objets d’art, pour évoquer l’histoire de ce projet.

Carte blanche à Klaus Mäkelä et à l'orchestre de Paris

Première carte blanche donnée à un chef d’orchestre par le musée du Louvre, celle-ci a représenté – pour Klaus Mäkelä et l'Orchestre de Paris dont il est le directeur musical – une traversée des espaces du musée où différents programmes ont eu lieu. Au cœur des collections, deux concerts ont confronté des œuvres emblématiques du Louvre avec des pièces musicales peu jouées en France.