Carthage et son sanctuaire. Des stèles pour la déesse Tanit

Présentation

Le 9 février 2023

Le département des Antiquités Orientales présente, au sein de l’espace d’actualité des antiquités du Proche-Orient, les résultats de la recherche pluridisciplinaire menée depuis 2015 sur la collection exceptionnelle de 1420 stèles puniques de Carthage, issues de missions archéologiques et de collections privées de la fin du 19e siècle.

Le département des Antiquités Orientales du musée du Louvre conserve 1420 stèles provenant de Carthage, en Tunisie, témoignant de la civilisation punique qui s’est développée à partir de cette cité à l’âge du Fer. Issues de missions archéologiques effectuées à la fin du 19e siècle et de collections privées constituées au même moment, ces stèles ont été plus ou moins bien conservées depuis l’Antiquité. Elles sont pour la plupart décorées de motifs gravés ou sculptés en relief et portent une inscription associant un dédicant, son ascendance et les divinités tutélaires de Carthage : la déesse Tanit et le dieu Baal Hammon.

Elles sont les vestiges d’un culte qui aujourd’hui encore interroge, associé à un sanctuaire à ciel ouvert appelé Sanctuaire de Tanit puis Tophet de Salammbô et qui est évoqué dans l’exposition à partir de trois ensembles reconstitués.

Une importante campagne de restauration par microsablage réalisée en 2016 au centre de conservation de Liévin a permis de redécouvrir les stèles et l’ensemble des recherches a contribué à reconsidérer le lien entre les dédicants et les divinités tutélaires de Carthage.

Cette exposition valorise une collection aujourd'hui peu exposée au musée du Louvre, tout en annonçant la publication du catalogue raisonné des ex-voto qui la constituent. 

Commissaire: Hélène Le Meaux, Département des Antiquités Orientales, musée du Louvre.
A partir du 25 janvier 2023, salle 313

 Partager cet article

Vous aimerez aussi

L'Ecologie au musée. Un après-midi au Louvre de Grégory Quenet

Grégory Quenet, pionnier de l'histoire environnementale en France, publie chez Macula, en coédition avec le Musée du Louvre, un ouvrage qui trace les contours d'une écologie des musées.

Partenariat Musée du Louvre / Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts

"Je ne suis pas toujours là où je crois être" : à l'écoute des cartographies du Louvre

Depuis l’année dernière, un dialogue s’est renoué entre le Louvre et plusieurs générations d’artistes. Dans le cadre d’un récent partenariat avec l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, le musée accueille aujourd’hui une autre restitution de ces conversations.
Pendant un mois, il diffusera une œuvre sonore réalisée par les étudiants de l’atelier d’Angelica Mesiti et Marion Naccache. De leurs traversées du pont du Carrousel, qui relie l’école au musée, est née l’invention collective d’une bande-son divisée en quinze propositions. À travers l’écoute – à plus d’un titre – de la jeune création, les visiteurs traceront, avec elle, de nouvelles cartographies du Louvre. 

Les appartements d'Anne d'Autriche

Après vingt mois de restauration, les appartements d’Anne d’Autriche rouvrent leurs portes à l’occasion de l’exposition consacrée à la collection Torlonia. Visite guidée de l’une des galeries les plus célèbres du Louvre en compagnie de Cécile Giroire, directrice du département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, et Arnaud Amelot, directeur de l’architecture, de la maintenance et des jardins.