Réouverture de la galerie d’Apollon : nouvelle présentation des Diamants de la Couronne

Rénovation

Le 10 février 2020

La galerie d’Apollon, l’un des lieux emblématiques du musée et du palais du Louvre, écrin d’une partie des collections historiques les plus précieuses du musée, a rouvert officiellement ses portes au public le 15 janvier 2020 à l’issue de travaux et de réaménagements muséographiques conduits par le musée.

Rénovation d'un espace historique

Le dépoussiérage spectaculaire des peintures et des décors de stuc s’est accompagné de celui des tapisseries qui scandent ses murs, chefs-d’œuvre des Gobelins commandés pour la galerie par Duban et installés en 1852. L’éclairage et la sécurisation ont été à cette occasion entièrement rénovés, ainsi que ceux des vitrines anciennes en bois doré. Ces grandes vitrines, ainsi que les vitrines murales et celles en table des embrasures des fenêtres, continuent d’abriter, dans une présentation toutefois entièrement repensée, les collections de pierres dures de Louis XIV. S’y ajoutent quelques autres pierres dures réunies à des fins pédagogiques et des éléments en pierre dure du surtout de Charles IV d’Espagne offert à Napoléon Ier qui partage avec les gemmes de Louis XIV, une origine royale et une infinie préciosité des matières.

illustration
Les vitrines des joyaux de la Couronne Salle 705, Aile Denon, Niveau 1

Un nouvel écrin pour les Diamants de la Couronne

Trois nouvelles vitrines ont été installées au centre de la galerie, désormais ouverte à la circulation dans les deux sens : depuis la rotonde d’Apollon ou le Salon carré. Elles abritent ce qui subsiste au Louvre de la collection des Diamants de la Couronne fondée en 1532 par François Ier, transmise et enrichie de règne en règne malgré les vicissitudes de l’Histoire, mais malheureusement vendue presque entièrement par l’État en 1887. Les vingt-trois bijoux aujourd’hui au Louvre sont de nouveau réunis dans la galerie où ils sont individualisés en trois ensembles : ceux antérieurs à la Révolution dont le Régent et le Sancy brièvement montés en 1722 sur la couronne personnelle du sacre de Louis XV, présentée à dessein à leurs côtés dans la vitrine ; ceux du Premier Empire, de la Restauration et de la monarchie de Juillet ; ceux du Second Empire avec les vestiges des grandes parures de l’impératrice Eugénie. Quelques écrins, souvent demandés par des amateurs passionnés, sont également présentés.

illustration
Vitrine des joyaux de la Couronne de France Salle 705 (Galerie d'Apollon), Aile Denon, 1er étage

En savoir plus sur la galerie d'Apollon


La rénovation de la galerie d’Apollon a été rendue possible grâce au mécénat de la Maison Cartier.

 Partager cet article

Vous aimerez aussi

Le fleurissement de printemps s’exprime joliment aux Tuileries !

Deux fois par an, au printemps et en été, les jardiniers d’art du Domaine national du Louvre et des Tuileries proposent des fleurissements en lien avec l’actualité du musée. 

Hommage à Patrice Chéreau

À l’occasion des dix ans de la disparition de Patrice Chéreau, le Louvre rend hommage à celui qui fut son invité à l’automne 2010. Pour les journées internationales du Film sur l'Art, l’Auditorium Michel Laclotte projettera Patrice Chéreau, Irrésistiblement vivant, un film réalisé par Marion Stalens en 2023. La projection de ce documentaire, récompensé aux Lauriers de l’audiovisuel, sera suivie d'une discussion en présence de la réalisatrice.

Mohamed Bourouissa : flâneur numérique des Tuileries

Durant sa résidence au Louvre, Mohamed Bourouissa explorera le jardin des Tuileries. Chaque jeudi muni de son seul téléphone, il y cueillera des images destinées à être publiées sur le compte Instagram du musée. Hors de ses murs – mais dans son enceinte : les Tuileries y sont rattachées depuis 2005 –, l’artiste va glaner des visions contemporaines du plus ancien jardin public de la capitale. À l’occasion des journées internationales du film sur l’art, il y prévoit une rencontre avec Floriane Guihaire, sous-directrice des jardins, le 6 avril à 11 heures.